Microsoft Security Operations Analyst (SC-200)

On continue notre apprentissage sur la sécurité Azure avec cette nouvelle certification Azure SC-200, sortie il y a peu. Pour rappel, cette dernière fait partie d’un ensemble de 4 certifications dédiées à la sécurité au sein du Cloud Microsoft. J’ai déjà détaillé plusieurs d’entre-elles sur ce blog :

Nul doute que Microsoft n’a pas encore fini de nous en apprendre sur la sécurité en 2021, et je m’attends comme d’autres à de nouvelles certifications dans ce domaine. Mais focalisations-nous maintenant sur cet examen, passé ce jour par votre serviteur 🙂

Comme toujours, voici les liens fort utiles pour toutes les informations associées :

Contenu de l’examen

Plus sérieusement, le contenu de l’examen est assez clair puisque 3 grandes thématiques sont listées ci-dessous, à savoir :

  • Microsoft 365 Defender (25-30%)
  • Azure Defender (25-30%)
  • Azure Sentinel (40-45%)

Comme on le comprend assez vite à l’aide des différents pourcentages associés à chaque rubrique, Azure Sentinel prend une place de premier ordre dans le nombre des questions que vous aurez à répondre pendant cet examen. Autant donc commencer par lui.

Azure Sentinel

Qu’est-ce qu’Azure Sentinel ?

Microsoft Azure Sentinel est une solution native cloud et scalable de type SIEM (Security Information and Event Management) et SOAR (Security Orchestrated Automated Response) . Azure Sentinel assure une analyse de sécurité intelligente et fournit des informations sur les menaces dans l’ensemble de l’entreprise. Elle constitue une solution unique pour la détection des alertes, la visibilité des menaces, la chasse proactive et la réponse face aux menaces.

La réponse complète de Microsoft ici
What's the difference between Azure Security Center, Azure Defender and  Azure Sentinel? - Microsoft Tech Community

Autrement dit, cette solution s’intègre parfaitement avec les différents outils du Cloud Microsoft dédiés à la sécurité. Il ne faut surtout pas donc voir Azure Sentinel comme un énième et redondant outil de sécurité, mais bien comme un véritable système avec des moyens concrets pour les membres de l’équipe SOC.

Aucune description alternative pour cette image
Ce slide met en évidence les rôles et les attentes entre Azure Security center et Azure Sentinel. D’un côté il va être question de collecter et de prévenir le risque, tandis que de l’autre il sera question de détecter, d’investiguer et de répondre aux menaces.

Si on doit résumer Azure Sentinel en quelques mots pour vous faire une idée, voici ce qu’Azure Sentinel est capable d’apporter pour votre sécurité :

  • Compilation de données via de nombreux connecteurs (plus d’une centaine à date)
  • Détection des menaces
  • Outils d’investigation des menaces
  • Moyens de réponses rapides

Quels seraient alors les bénéfices que vous pouvez retirer d’Azure Sentinel ?

  • Mise en place de tableaux de bord intuitifs
  • Possibilités infinies de requêtage
  • Mise en place d’automatisation des réponses face aux menaces
  • Exploitation de Microsoft Machine Learning pour accroitre les capacités de détection
  • Intégration complète de Microsoft Intelligent Security Graph
  • Installation « facile » selon les besoins de sécurité
Comme à chaque fois, merci à John pour ses vidéos plus que claires

Pour vous aider à « maîtriser » Azure Sentinel, Microsoft a découpé son parcours d’apprentissage en 5 parties :

Comme à chaque fois, j’ai pris le temps de suivre le parcours d’apprentissage afin de me faire une idée précise sur le contenu abordé et sur la qualité.

Comme pour la SC-300, je suis assez content du résultat, même si je trouve que les exercices donnés à travers les différentes parties se ressemblent énormément et ne vont pas assez loin dans les manipulations utilisateurs. J’aurais aimé avoir plus de cas variés à réaliser dans Azure Sentinel pour donner plus de sens à certaines fonctionnalités.

Azure Sentinel I Data connectors 
Selected %'orkspace: 'workspace2222222' 
P Search (Ctrl+/) 
General 
Overview 
Logs 
News & guides 
Threat management 
Refresh 
* 61 
p Search by name or provider 
B 10 
Coming soon 
Providers : All 
Data Types : All 
Status : Conne&d 
Connector name 
Azure Active Directory 
9 
Incidents 
Workbooks 
Hunting 
Notebooks (Preview) 
Entity behavior 
Threat intelligence (Preview) 
Microsoft 
aad.portal.azure.com 
Azure Active Directory Identity Protection 
Microsoft 
Sign-in logs / Audit logs 
User risks / Event risks 
portal.azure.com/#blade/Microsoft_AAD IAM/ldentityProtectionMenuBlade/Overview 
Azure Activity 
portal.azure.com/ 
Microsoft 
Azure Advanced Threat Protection (Preview) 
Configuration 
Data connectors 
Analytics 
Watchlist (Preview) 
Playbooks 
Community 
Settings 
Microsoft 
atp.azure.com 
Azure Security Center 
Microsoft 
Microsoft 365 Defender (Preview) 
Microsoft 
security.microsoft.com 
Microsoft Cloud App Security 
Microsoft 
portal.cloudappsecurity.com 
Microsoft Defender Advanced Threat Protection 
Microsoft 
Office 365 
Microsoft 
securitycenter.windows.com 
admin.microsoft.com 
Office 365 Advanced Threat Protection (Preview) 
Microsoft 
protection.office.com/searchandinvestigation 
Subscription log / ARM / Service Health 
Compromises identities in hybrid env. 
Azure resources + on-prem servers 
Defender for endpoints, Identities, Office 365 and Cloud 
App Security 
Alerts coming from Appliction usages 
Endpoint servers (Servers + PC) 
Office365 logs (Exchange, SharePoint, Teams) 
malicious threats posed by email messages, links (URLs) 
and collaboration
Principaux connecteurs du monde Azure avec leur périmètre.

A quoi s’attendre dans cet examen ?

Malheureusement pas de mystère, une maîtrise de la solution est attendue afin de voir que vous avez bien passé du temps dans la solution ! Il faut donc comprendre ses mécanismes, son utilisation au quotidien dans la gestion des rules / alertes / incidents / workbooks.

Categorizing Microsoft alerts across data sources in Azure Sentinel -  Microsoft Tech Community
On ne vous demandera pas de sortir la liste de tous les connecteurs ! Mais certains propres à l’environnement du Cloud Microsoft sont bien évidement à connaître.

Il faut donc s’attendre à coup sûr à :

  • Des questions sur Kusto Query Language (KQL). Prenez donc le temps pour le tester et vous familiariser au maximum avec les opérateurs
  • Des questions sur les principaux connecteurs de données (Azure et éventuellement AWS). Mettez en place un certain nombre de connecteurs afin comprendre leur intérêt et les données remontées
  • Des questions sur les relations entre rules / alertes / incidents / workbooks
  • Des questions sur la gestion automatisée d’une alerte avec les automations / playbooks
  • Des questions sur les rôles propres à Azure Sentinel
  • Des questions sur l’architecture d’Azure Sentinel ( X logs Analytics Workspaces + Azure Sentinel)

Bref pas mal de sujets à connaître, et il en reste encore d’autres qui peuvent aussi tomber :

  • Notebooks
  • Hunting
  • Workbooks
  • Entities

Cela peut représenter beaucoup, mais ne vous découragez pas ! 🙂

Azure Defender

Qu’est-ce qu’Azure Security Center ?

Azure Security Center est un système de gestion de la sécurité de l’infrastructure unifié qui renforce la posture de sécurité de vos centres de données et fournit une protection avancée contre les menaces pour vos charges de travail hybrides dans le cloud (dans Azure ou non), ainsi qu’en local.

Source Microsoft
Si Azure Security Center est quelque chose de nouveau pour vous, je vous conseille cette vidéo d’Adam.

Qu’est-ce qu’Azure Defender ?

Azure Defender offre une détection et une réponse étendues pour les charges de travail exécutées dans Azure, localement et dans d’autres clouds. Intégré à Azure Security Center, Azure Defender protège vos données hybrides, vos services cloud natifs ainsi que vos serveurs contre les menaces.

Les fonctionnalités d’Azure Security Center couvrent les deux piliers de la sécurité cloud :

Combien d’outils composent Azure Security Center ?

Voici donc comment cela s’articule entre ces deux outils qui au final n’en sont qu’un seul.

CSPM (gestion de la posture de sécurité cloud) – Security Center est disponible gratuitement pour tous les utilisateurs Azure. L’expérience gratuite comprend des fonctionnalités CSPM telles que le degré de sécurisation, la détection des erreurs de configuration de sécurité dans vos machines Azure, l’inventaire des ressources et bien plus encore. Utilisez ces fonctionnalités CSPM pour renforcer la posture de votre cloud hybride et suivre la conformité avec les stratégies intégrées.

Protection de charge de travail cloud (CWP) – La plateforme de protection de charge de travail cloud (CWPP), Azure Defender, garantit une protection avancée et intelligente de vos ressources et charges de travail Azure et hybrides. L’activation d’Azure Defender offre un large éventail de fonctionnalités de sécurité supplémentaires, tel que décrit sur cette page. Outre les stratégies intégrées, lorsqu’un plan Azure Defender est activé, vous pouvez ajouter des stratégies et des initiatives personnalisées. Vous pouvez ajouter des normes réglementaires, telles que NIST et Azure CIS, ainsi que le Benchmark de sécurité Azure pour un aperçu véritablement personnalisé de votre conformité.

Source Microsoft
Security Center I Azure Defender 
0 
Showing 40 subscriptions 
Subscriptions What's new 
Azure Defender coverage 
691 
TOTæL 
Fully covered (555) 
Agent not installed (8) Install 
Not covered (128) Upgrade all 
Security alerts 
Advanced protection 
VM vulnerability assessment 
126 Unprotected 
Adaptive network harden i ng 
15 Unprotected 
161/17 
Servers 
Upgrade 
SQL servers on machines 
Upgrade 
Kubernetes 
Upgrade 
O 
13/35 
Key Vault 
Upgrade 
Container registries 
Upgrade 
46 / 51 
60/84 
App Service 
Upgrade 
258/303 
Azure SQL database servers 
Upgrade 
Just-in-time VM access 
18 Unprotected 
SQL vulnerability assessment 
29 otected 
Unpr 
Adaptive application control 
otected 
Unpr 
File integrity monitoring 
Storage 
Upgrade 
21 
19 
Container image scanning 
3 otected 
Unpr 
• Network map 
x 
Enable just-in-time VM access 
Just-in-time VM access is 
enabled on is enabled on 
84% of the 116 relevant 
VMs. Use just-in-time 
VM access to lock down 
the inbound traffic to 
yqyur VMs. 
Click here to enable > 
Enable adaptive application 
controls 
Adaptive application 
control is enabled on 
41% of the 80 relevant 
VMs. use adaptive 
application control to 
trigger alerts when 
unexpected applications 
Click here to enable > 
Enable adaptive network hardening 
Adaptive network 
hardening is enabled on 
88% of the 130 relevant 
VMs. Adaptive network 
hardening dramatically 
reduces the attack 
surface of yqyur internet- 
facing VMs. 
Click here to enable >
Une fois Azure Defender activé, on retrouve un tableau de bord des ressourcées protégées ou non par type.
Seconde vidéo dédiée à Azure Defender.

Un seul chapitre est uniquement présent pour Azure Defender, il va falloir chercher plus loin et passer du temps dans la solution :

A quoi s’attendre dans cet examen ?

Je ne vais pas le répéter, mais toujours une connaissance précise de la solution 😉

Voici quelques pistes à explorer pour se sentir à l’aise dans l’examen :

  • Des questions sur les résultats des polices compliances
  • Des questions sur la gestion des alertes / recommandations ouvertes par Azure Defender
  • Des questions sur le traitement des vulnérabilités découvertes par Azure Defender
  • Des questions sur l’activation de contre-mesures sur les ressources surveillées par Azure Defender (Machines virtuelles, Key Vaults, Comptes de stockage, Bases SQL, …)
  • Des questions sur les rôles nécessaires pour les opérateurs d’Azure Defender
  • Des questions sur les processus d’on-boarding et les contrôles associés

Cela peut représenter beaucoup, mais ne vous redécouragez pas ! 🙂

Microsoft 365 Defender

Qu’est-ce que Microsoft 365 Defender ?

Microsoft 365 Defender unifie votre processus de réponse aux incidents en intégrant des fonctionnalités clés dans Microsoft Defender pour le point de terminaison, Microsoft Defender pour Office 365, Microsoft Cloud App Security et Microsoft Defender pour l’identité. Cette expérience unifiée ajoute des fonctionnalités puissantes auxquelles vous pouvez accéder dans le Centre de sécurité Microsoft 365.

Source Microsoft
Microsoft Defender pour point de terminaison, Microsoft 365
On parle donc ici d’une solution unifiée au travers d’un nouveau portail.
  • Points de terminaison avec Microsoft Defender pour Endpoints– Microsoft Defender pour Endpoints est une plateforme de point de terminaison unifiée pour la protection préventive, la détection post-violation, l’examen automatisé et la réponse.
  • E-mail et collaboration avec Microsoft Defender pour Office 365 – Defender pour Office 365 protège votre organisation contre les menaces malveillantes posées par les messages électroniques, les liens (URL) et les outils de collaboration. Identités avec
  • Microsoft Defender pour l’identité et Azure AD Identity Protection – Microsoft Defender pour l’identité utilise les signaux Active Directory pour identifier, détecter et examiner les menaces avancées, les identités compromises et les actions internes malveillantes dirigées contre votre organisation.
  • Applications avec sécurité Microsoft Cloud App : la sécurité de Microsoft Cloud App est une solution SaaS complète qui apporte une visibilité approfondie, des contrôles de données forts et une protection renforcée contre les menaces à vos applications cloud.

Attention à ne pas vous perdre avec certaines anciennes dénominations :

  • Microsoft 365 Defender (précédemment Microsoft Threat Protection)
  • Microsoft Defender for Endpoint (précédemment Microsoft Defender Advanced Threat Protection)
  • Microsoft Defender for Office 365 (précédemment Office 365 Advanced Threat Protection)
  • Microsoft Defender for Identity (précédemment Azure Advanced Threat Protection)
Encore une fois, il ne s’agit pas de solutions qui ne se chevauchent, mais bien complémentaires.
Merci Jean-Sébastien 😉

Deux chapitres sont présents pour Microsoft 365 Defender. Encore une fois il va falloir chercher plus loin et passer du temps dans la solution pour avoir une idée de tous ces outils :

A quoi s’attendre dans cet examen ?

  • Des questions sur Cloud App Security et des polices mises en place
  • Des questions sur le shadow IT, mettant en évidence les applications découvertes via Cloud App Security
  • Des questions sur Azure Information Protection dans le cadre de la politique d’Office365
  • Des questions sur les périphériques surveillés par la partie Defender for Endpoints et les risques détectés
  • Des questions sur le risques liés aux identités et donc gérés par Defender for Identity

Conclusion

Cette certification comble un espace non occupé jusqu’à présent, car elle apporte de vraies réponses techniques à un grand nombre de défis de sécurité qui touchent les entreprises. La sécurité est bien une affaire multicouche et multidirectionnelle.

Au boulot 😉

Comme toujours, pensez à partager dans les commentaires vos autres sources d’apprentissage, ou votre feedback sur l’examen 😉

Certification Microsoft Identity and Access Administrator (SC-300)

Voici un nouvel article sur les dernières certifications de sécurité sur le Cloud Azure de Microsoft. Pour rappel, vous pouvez retrouver mon article sur la certification fondamentale SC-900 ici, ainsi que sa page officielle Microsoft juste .

Que dire sur ce nouvel examen SC-300 ?

Là encore, vous pouvez retrouver tous les détails de cette dernière sur sa page officielle Microsoft.

J’ai passé cette certification de niveau Associate cette semaine. Pendant et juste après cet examen, j’ai trouvé la certification assez difficile, car elle exigeait beaucoup de mises en situation, requérant des connaissances assez précises sur les sujets que je vais essayer vous détailler tout au long de cet article.

Finalement aucun doute, la SC-300 est bien une certification de niveau Associate. Pour un peu moins la moitié des questions environ, j’avais encore un petit doute entre 2 réponses sur 4.

Dans cet examen, attendez-vous donc à :

  • Beaucoup de questions contextualisées avec 4 choix possibles
  • Des questions groupées avec OUI / NON
  • Peu de questions sur la restitution des grands principes (points faciles à ne pas négliger)
  • Un ou deux use-cases portant sur des architectures hybrides
  • Et toujours pas de labs

Que retrouve-t-on dans le Parcours d’apprentissage de la SC-300?

Le parcours d’apprentissage reprend de manière méthodique les principaux chapitres rattachés à cette certification. Une fois n’est pas coutume, j’ai suivi tous les modules de formations proposés par Microsoft.

Pourquoi cela ? Car le contenu trouvé sur internet est encore assez variable à date ou incomplet.

Au final, j’ai trouvé le parcours très bien construit autour de cette certification. Beaucoup de schémas explicatifs, de copies d’écran d’Azure et de vidéos d’introduction. De plus, les exercices pratiques avaient toujours du sens sur le thème abordé.

En revanche, ne vous faites pas avoir en ne vous basant que sur celui-ci ! Pour avoir être sûr d’avoir plus de points que les 700 nécessaires, il vous faudra avoir :

  • Les connaissances acquises par l’expérience dans Azure AD
  • A défaut de tout connaitre dans les moindre détails, une bonne dose déduction pour ne garder que les « réponses possibles »

Voici un rappel des modules du parcours avec leurs liens :

Voici également quelques blogs qui pourront vous aider dans votre apprentissage de cette SC-300 :

Rien à voir ici, mais je suis en train de manger une pizza maison 😉

Implémenter une solution de gestion des identités

Mettre en œuvre la configuration initiale d’Azure Active Directory

On arrive ici dans le cœur du sujet de cette certification :

L’identité est au centre d’Azure Active Directory et vous devez la comprendre et la maîtriser sous tous ses aspects.

Plus question ici de restituer la « simple » compréhension du service ou de ses fonctionnalités. Il faut savoir l’utiliser selon différents cas de figure. Attendez-vous donc à avoir des questions sur les identités dans un contexte très précis. Peu de pièges, mais on attend des connaissances.

Par exemple, la question pourrait porter sur un type d’identité particulier avec un scénario de droits spécifiques de manière combinée. Rien de tel alors que de se refaire un passage sur les identités Azure :

Merci à John Savill 🙂

L’autre exemple serait de devoir choisir le rôle ayant le moins de privilège pour faire telles ou telles actions dans Azure AD. Ce point-ci est assez difficile car la connaissance globale des rôles sera nécessaire pour être vraiment sûr de la bonne réponse. Voici liste complète et quelques rôles pris au hasard :

La gestion des domaines personnalisés revient souvent dans beaucoup de certifications sur Azure. C’est l’occasion de marquer des points facilement en connaissant bien le processus d’ajout de domaines personnalisés :

  • Ajout du domaine personnalisé dans Azure AD
  • Modification des enregistrements DNS
  • Vérification du domain dans Azure AD
  • Utiliser le nom de domaine pour les utilisateurs, adresses mails ou autres besoins

Même si la gestion des appareils est plutôt une tache dédiée à Endpoint admin center, certaines actions et donc certaines questions peuvent vous être posées ici.

Who are you ?

Il faut avant tout bien maîtriser les concepts de jointures des devices dans Azure, comme par exemple l’hybrid join :

Appareils joints Azure AD hybrides.
Dans Windows Virtual Desktop, l’hybrid join va permettre le SSO pour une meilleure expérience utilisateur.

Les unités administratives dans Azure AD est un concept intéressant, car elles limitent les autorisations d’un rôle en fonction du service auquel il appartient au sein de l’organisation :

Azure Administrative Units and MyStaff for delegated management | Marius  Sandbu
Principe de délégation des rôles selon des unités organisationnelles dans Azure AD.
Sécurité par défaut d’Azure AD

Azure AD propose un mode de gestion de sécurité par défaut. Sa mise en place est des plus simple, mais il n’autorise aucune personnalisation.

Les paramètres de sécurité par défaut facilitent la protection de votre organisation contre ces attaques avec des paramètres de sécurité préconfigurés :

  • Exige que tous les utilisateurs s’inscrivent à Azure AD Multi-Factor Authentication
  • Exige des administrateurs qu’ils effectuent l’authentification multifacteur
  • Restreint les anciens protocoles d’authentification
  • Exige des utilisateurs qu’ils effectuent l’authentification multifacteur
  • Restreint des activités, telles que l’accès au Portail Azure

Gestion des utilisateurs, des groupes et des licences

Quoi de mieux comme question que celle ci-dessous :

Des licences sont attribuées à un groupe d’utilisateurs et celui-ci contient des utilisateurs et d’autres groupes. Combien de licences seront attribuées ?

Un début de réponse dans cette article !

De manière générale et hormis des questions de ce type, il s’agit de points faciles.

Mettre en œuvre et gérer les identités externes

Les identités externes font parties de beaucoup de scénarios d’Azure AD, il faut donc maîtriser leur intégration et les options de sécurités les concernant :

Je ne vous dis pas d’aller pas jusqu’à connaitre les en-têtes du fichier CSV d’import bulk 😉

  • Email address to invite
  • Redirection url
  • Send invitation message
  • Customized invitation message

Mettre en œuvre et gérer l’identité hybride

On cherche donc à savoir si les différentes méthodes de synchronisation entre un environnement on-premise et le Cloud n’ont plus de secrets pour vous. Ce module comporte donc les grands sujets ci-dessous :

Pas de mystère ici, le mieux étant d’avoir pu installer soi-même AD Connect sur un environnement on-premise (Active Directory), et d’avoir testé plusieurs scénarios afin d’en mesurer les impacts (avantages – inconvénients) :

Tour d’horizon d’Azure AD Connect par l’Azure Academy

C’est typiquement lors des use-cases que vous devrez maîtriser ces concepts pour proposer la solution la plus attendue :

Mettre en œuvre une solution d’authentification et de gestion des accès

Planifier et mettre en œuvre l’authentification multifactorielle Azure (MFA)

L’authentification multifacteur est un processus dans lequel l’utilisateur est invité pendant le processus de connexion à suivre une forme d’identification supplémentaire, consistant par exemple à entrer un code sur son téléphone portable ou à scanner son empreinte digitale.

Illustration conceptuelle des éléments de MFA

Les 3 piliers de la MFA 🙂

  • Quelque chose que vous connaissez – Il pourrait s’agir d’un mot de passe ou de la réponse à une question de sécurité
  • Quelque chose que vous possédez – Il pourrait s’agir d’une application mobile qui reçoit une notification ou un d’appareil de génération de jetons
  • Quelque chose que vous êtes – En général, il s’agit d’une propriété biométrique, comme la détection du visage ou des empreintes digitales utilisée sur de nombreux appareils mobiles
Cette vidéo explique étape par étape le processus de mise en place de la MFA

Quelles seraient les questions possibles dans cette certification ? Il faut voir la MFA comme un point combiné avec d’autres facteurs, comme par exemple son impact dans un accès conditionnel, ou alors son rôle dans Azure AD Identity Protection.

Close the gap. Azure AD Identity Protection & Conditional Access. -  JanBakker.tech
Deux facteurs sont représentés ici : sign-in risk et user risk.
la MFA va jouer un rôle de sécurité important.

Gérer l’authentification des utilisateurs

Dans Azure Active Directory, l’authentification implique plus que la simple vérification d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe. Pour améliorer la sécurité et réduire le recours à l’assistance du support technique, l’authentification Azure AD comprend les composants suivants :

Tableau des avantages et des méthodes d’authentification préférées dans Azure AD
Les méthodes d’authentification sans mot de passe telles que Windows Hello, les clés de sécurité FIDO2 et l’application Microsoft Authenticator permettent les événements de connexion les plus sécurisés.

Attendez-vous donc à des question sur les méthodes possibles pour les utilisateurs lors d’un processus de réinitialisation de mot de passe libre-service :

  • Notification sur l’application mobile
  • Code de l’application mobile
  • E-mail
  • Téléphone mobile
  • Téléphone de bureau
  • Questions de sécurité

Ou sur les différentes méthodes possibles pour enregistrer une MFA :

Comment les composants de protection par mot de passe Azure AD fonctionnent ensemble
Password Protection : j‘avais fait une blague sur ce schéma pour la SC-900.
Ici c’est bien un concept à connaitre, et idéalement de l’avoir essayé pour différencier les rôles et les agents à installer
.

Planifier, mettre en œuvre et administrer l’accès conditionnel

Vous pouvez utiliser des stratégies d’accès conditionnel pour appliquer des contrôles d’accès tels que l’authentification multifacteur (MFA). Vous aurez à coup sûr des questions impliquant la MFA. le cas classique est d’identifier quel facteur modifier pour activer une MFA, selon les exigences données par le contexte.

Conditional Access overview
Les stratégies d’accès conditionnel vous permettent d’inviter des utilisateurs à l’authentification multifacteur lorsque cela est nécessaire pour la sécurité et à ne pas le leur demander lorsque cela n’est pas nécessaire.

L’accès conditionnel est un premier outil que l’on met en place pour augmenter la sécurité sur Azure. Par exemple, la gestion des localisation peut être un point très important pour améliorer l’expérience utilisateur :

  • En évitant « d’harceler » les utilisateurs avec un contrôle MFA lorsque l’on se trouve au bureau
  • En imposant la MFA si l’utilisateur se connecte depuis un appareil non compliant

L’infrastructure d’accès conditionnel vous offre une grande flexibilité de configuration. Toutefois, une grande flexibilité implique également que vous examiniez soigneusement chaque stratégie de configuration avant de la mettre en œuvre, afin d’éviter des résultats indésirables.

Image de l’écran affichant un accès aux ressources bloqué en raison d’une stratégie d’accès conditionnel activée
Message issu de l’accès conditionnel, bloquant pour l’utilisateur

Gérer Azure AD Identity Protection

Identity Protection est un outil qui permet aux organisations d’accomplir trois tâches principales :

  • Automatiser la détection et la correction des risques liés à l’identité
  • Examiner les risques à l’aide des données disponibles sur le portail
  • Exporter les données de détection des risques vers des utilitaires tiers pour une analyse plus approfondie

Ici encore, des questions seront possible pour savoir ce qui se passera si l’utilisateur déclenche une alerte :

  • Réinitialisation du mot de passe ?
  • Demande de vérification MFA ?
Azure AD utilise l’apprentissage automatique pour détecter les anomalies et les activités suspectes, en utilisant à la fois des signaux détectés en temps réel pendant les ouvertures de session et des signaux en temps différé liés aux utilisateurs et à leurs activités d’ouverture de session.

Implement Access Management for Apps

Il s’agit ici du chapitre de la certification le plus faiblement noté. Il s’agissait aussi de celui que je maîtrisais le moins :D. Je n’ai pas eu beaucoup de questions, mais c’est toujours bon d’éviter de perdre des points dessus.

Planifier, mettre en œuvre et surveiller l’intégration des applications d’entreprise pour l’authentification unique (SSO)

Je ne vais pas trop m’étendre sur cette section.

Autre sujet de sécurité œuvrant sur les applications d’entreprise : Cloud App Security

Cloud App Security intègre la visibilité à votre cloud pour mapper et identifier votre environnement cloud et les applications cloud utilisées par votre organisation en utilisant des connecteurs faciles à déployer :

Schéma de l’architecture Cloud App Security.

Mettre en œuvre les enregistrements d’applications

Je n’ai rien de trouvé de plus explicatif que cette très bonne vidéo de John Savill :

A regarder en entier ! 🙂

Planifier et implémenter une stratégie de gouvernance des identités

On arrive au dernier chapitre … Aussi je vous conseille de ne pas négliger cette section car le pourcentage est assez important pour cette dernière sur cet examen.

De plus, je me rappelle avoir eu plusieurs questions dessus. Rien de vraiment compliqué ici, mais une bonne connaissances des outils devrait faire l’affaire.

Planifier et mettre en œuvre la gestion des droits

Il s’agit ici d’un sujet que je n’avais jamais abordé avant cette certification. J’ai pu donc découvrir et tester ce principe par le biais de la révision, et j’ai eu plusieurs questions portant sur la stratégie d’attribution des droits.

All about CIAM
Finalement le concept est assez simple car il apporte plus de clarté dans l’approvisionnement des services pour les employées et le déprovisionnement pour ces derniers quand leur mission est terminée.

La gestion des droits d’utilisation introduit sur Azure AD le concept de package d’accès. Un package d’accès regroupe toutes les ressources avec l’accès dont un utilisateur a besoin pour travailler sur un projet ou accomplir sa tâche. Les packages d’accès permettent de régir l’accès de vos employés et utilisateurs internes en dehors de votre organisation. Vous pouvez gérer l’accès des utilisateurs aux ressources suivantes avec la gestion des droits d’utilisation.

What is entitlement management? - Azure AD | Microsoft Docs
Le diagramme suivant montre un exemple des différents éléments en matière de gestion des droits d’utilisation.

Une connaissances des termes et de leurs rapports entre eux est donc fort utile :

TermeDescription
package d’accèsBundle de ressources dont une équipe ou un projet a besoin et qui est régi par des stratégies. Un package d’accès est toujours contenu dans un catalogue. Vous créez un package d’accès pour un scénario dans lequel les utilisateurs doivent demander l’accès.
demande d’accèsDemande d’accès aux ressources dans un package d’accès. Cette demande transite généralement par un flux d’approbation. Si elle est approuvée, l’utilisateur demandeur reçoit une affectation de package d’accès.
affectationL’affectation d’un package d’accès à un utilisateur garantit que l’utilisateur dispose de tous les rôles de ressources de ce package d’accès. Les affectations de package d’accès ont généralement une durée limite avant leur expiration.
catalogueConteneur de ressources connexes et de packages d’accès. Les catalogues sont utilisés pour la délégation, si bien que les non-administrateurs peuvent créer leurs propres packages d’accès. Les propriétaires de catalogue peuvent ajouter les ressources qu’ils possèdent à un catalogue.
créateur de catalogueRegroupement d’utilisateurs autorisés à créer des catalogues. Lorsqu’un utilisateur non-administrateur, autorisé à être créateur de catalogue, crée un catalogue, il devient automatiquement le propriétaire de ce catalogue.
organisation connectéeDomaine ou annuaire Azure AD externe avec lequel vous avez une relation. Les utilisateurs provenant d’une organisation connectée peuvent être spécifiés dans une stratégie comme étant autorisés à demander l’accès.
policeEnsemble de règles définissant le cycle de vie d’un accès, telles que le mode d’accès des utilisateurs, les approbateurs et la durée d’accès par le biais d’une affectation. Une stratégie est liée à un package d’accès. Par exemple, un package d’accès peut avoir deux stratégies de demande d’accès : l’une pour les employés, l’autre pour les utilisateurs externes.
ressourceRessource (un groupe Office, un groupe de sécurité, une application ou un site SharePoint Online, par exemple) dotée d’un rôle pour lequel un utilisateur peut obtenir des autorisations.
répertoire de ressourcesRépertoire comprenant une ou plusieurs ressources à partager.
rôle de ressourceCollection d’autorisations associées à une ressource et définies par elle. Un groupe a deux rôles : membre et propriétaire. Les sites SharePoint ont généralement trois rôles, mais peuvent avoir des rôles personnalisés supplémentaires. Les applications peuvent avoir plusieurs rôles personnalisés.

Planifier, implémenter et gérer la révision d’accès

Les révisions d’accès Azure Active Directory permettent aux organisations de gérer efficacement les appartenances à des groupes, les accès aux applications d’entreprise et les attributions de rôles. Je vous confirme avoir eu des questions sur la revue d’accès. Le processus n’est pas très compliqué. Quelques petits rappels :

  • Aucun résultat n’est appliqué avant la fin de la période de revue ou si le créateur stoppe et applique les résultats lui-même
  • Un accès pour un utilisateur (révoqué ou conservé) peut être changé plusieurs fois pendant la période de revue d’accès. Seul le dernier statut sera conservé et appliqué
L’accès des utilisateurs peut être passé en revue régulièrement pour vérifier que seules les personnes appropriées continuent de bénéficier d’un accès.
Plan an Azure Active Directory Access Reviews deployment | Microsoft Docs
Process de revue d’accès en 3 étapes : tout commence par la création de la revue, puis la validation et enfin l’application des résultats.

Planifier et mettre en œuvre l’accès privilégié

Privileged Identity Management est un service dans Azure Active Directory (Azure AD) qui vous permet de gérer, de contrôler et de superviser l’accès aux ressources importantes de votre organisation :

Je me souviens avoir eu une question sur un rôle devant passer sous attribution via Privileged Identity Management. Connaître les différentes étapes est donc important pour mettre en œuvre le processus et son utilisations par les demandeurs de droits.

Comment PIM fonctionne ?

Surveiller et gérer les Azure Active Directory

Les journaux d’audit et de diagnostic d’Azure Active Directory fournissent une vue détaillée de la façon dont les utilisateurs accèdent à votre solution Azure. Découvrez comment surveiller, dépanner et analyser les données de connexion.

L’architecture de création de rapports dans Azure AD comprend les composants suivants :

  • Activité
    • Connexions : Il s’agit d’informations sur l’utilisation des applications managées et les activités de connexion des utilisateurs.
    • Journaux d’audit : Fournissent des informations sur les activités du système liées aux utilisateurs et à la gestion des groupes, les applications gérées et les activités de répertoire.
    • Les journaux de provisionnement : permettent aux clients de superviser l’activité effectuée par le service de provisionnement, telle que la création d’un groupe dans ServiceNow ou l’importation d’un utilisateur à partir de Workday.
  • Sécurité
    • Connexions risquées : une connexion risquée correspond à un indicateur de tentative de connexion d’un utilisateur autre que le propriétaire légitime d’un compte d’utilisateur.
    • Utilisateurs avec indicateur de risque : il s’agit d’un compte d’utilisateur susceptible d’être compromis.

Des questions sur la rétention peuvent tomber, gardez donc en tête ces durées de rétention :

Rapports d’activité
RapportAzure AD GratuitAzure AD Premium P1Azure AD Premium P2
Journaux d’audit7 jours30 jours30 jours
Connexions7 jours30 jours30 jours
Utilisation d’Azure AD MFA30 jours30 jours30 jours

Signaux de sécurité

RapportAzure AD GratuitAzure AD Premium P1Azure AD Premium P2
Les utilisateurs à risque7 jours30 jours90 jours
Connexions risquées7 jours30 jours90 jours

Conclusion

Cette certification apporte donc un véritable tour d’horizon sur la sécurité dans Azure Active Directory. Je peux dire avec certitude qu’il y n’y pas beaucoup de notions croisées avec les certifications AZ-500 et MS-500. Elle permettra donc de valider vos connaissances sur la gestion des identités dans le Cloud.

Mes derniers conseils

  • Prenez surtout le temps de bien tester chaque module dans un environnement de test pour en connaître le fonctionnement et en mesurer les impacts
  • Etant souvent dans des environnements de tests, on néglige assez régulièrement les rôles préconstruit dans Azure Active Directory. La sécurité passe par une gestion mesurée des droits des administrations. Lisez donc leurs droits et testez-les 😉

Aujourd’hui, nous sommes le 1er mai, il faut donc lâcher un peu ses révisions et se vider l’esprit 😀

Pensez à partager dans les commentaires vos autres sources d’apprentissage, ou votre feedback sur l’examen. 🙂

Certification Microsoft Security, Compliance, and Identity Fundamentals (SC-900)

Microsoft Certified: Security, Compliance, and Identity Fundamentals

Mon expérience sur l’examen Microsoft Security, Compliance, and Identity Fundamentals (SC-900)

Pour mon second article concernant les certifications dans Cloud de Microsoft, je vais vous faire le débrief à chaud 😊. Pour rappel, la page d’inscription se trouve ici, et le contenu de la certification est téléchargeable .

Dans son contenu, je trouve que cette certification est très bien faite, car elle couvre un large spectre de la sécurité dans et autour du Cloud Microsoft. De mon point vue, les professionnels lancés sur le Cloud utilisent toujours plusieurs “modules” et ont besoin de tous les sécuriser :

  • Tous les ouvrants (Portes, fenêtres, trappe à chat, …)
  • Tous les équipements (Cuisinière, chaudière, machine à laver, …)
  • Tous les comportements (Enfants, chiens, chats)

Pardonnez-moi ces figures de styles, mais il est tard 😉

Solutions d'alarme sans fil Somfy Home ou système filaire, alarme63
La comparaison est facile mais le Cloud est une « grosse maison » nécessitant elle aussi de la vigilance et des mesures

Pour revenir au sujet principal, je vais essayer de découper chaque grand thème pour vous éclairer au mieux :

Modèle Zéro-Trust :

L’objectif principal est bien évidement de garantir en permanence que votre environnement est sain.

Cet objectif est atteint par la mise en place de moyens de protection définis et qui ne doivent pas être dérogés, à savoir :

  • Les identités sont sécurisées avec, par exemple, la mise en place de l’authentification multifactorielle.
  • Les terminaux sont eux aussi contrôlés. Le principe de compliance des terminaux dans Intune est un bon moyen de s’assurer que certaines données et donc certaines applications exigent ce prérequis pour laisser passer l’utilisateur.
  • La télémétrie est omniprésente. Les données et la télémétrie omniprésentes sont utilisées pour comprendre l’état actuel de la sécurité. Je pense ici à Microsoft Defender for Endpoint par exemple.
  • Zéro Trust veut dire zéro confiance. Il faut donc brider les accès ou les droits inutiles. Il est facile d’opérer de la sorte avec l’attribution de rôles temporaires (PIM) mais aussi grâce à des revues d’accès périodiques.
J’ai eu quelques questions sur le modèle Zéro-Trust, et je vous conseille de bien le comprendre. Voici une vidéo qui parcours le sujet en profondeur.

Modèle de responsabilité partagé :

Comme chez tous Cloud providers, un modèle de responsabilité partagé est instauré pour mettre les choses au clair en hébergeur et hébergé. Ici la question est assez générale, mais garder toujours en tête que vous êtes responsable de vos données et que Microsoft est responsable de l’infrastructure !

responsibility-zones - Petri

Chiffrement :

Une ou des questions aussi tombées pour moi était sur ce sujet. Rien de tel que la définition officielle : Le cryptage est la méthode par laquelle des informations sont converties en un code secret qui cache la véritable signification de ces informations.

Data Encryption: Why You Should Protect Your Business | Aureon
Le chiffrement ne concerne pas que les fichiers comme vous pouvez le voir ici.

Microsoft Trust Portal :

Sauf erreur, ce point est aussi abordé dans la MS-900. Ce portail Microsoft fournit une variété de contenu, d’outils et d’autres ressources sur les pratiques Microsoft en matière de sécurité, de confidentialité et de conformité.

Autant dire que les normes internationales ou nationales impactant le monde de la sécurité ou de la conformité se trouveront ici. On ne vous demandera pas de toutes les connaitre, mais de savoir que ces informations sont bien recensées ici.

Concept relatif à l’identité :

C’est un vaste sujet … mais je pense que la compréhension de celle-ci est fondamentale, car l’identité est au cœur du Cloud. Dans ce domaine la certification va parler principalement d’Azure Active Directory, mais pas seulement.

La différence entre autorisation (Authz) et authentification (Authn) est toujours bonne à connaitre.

Azure Active Directory :

Il faudra aller plus loin que la connaissances générales du portail Azure AD, car certaines questions portent sur des fonctionnalités assez précises.

Merci à Adam Marczak ;).

Par exemple, on pourrait vous demander de détailler la fonction d’Azure AD Password Protection :

Using the new Azure Active Directory password protection feature
Ce schéma est juste là pour vous faire peur, on n’ira pas jusque-là dans la SC-900 😉
Explication des différents signaux dans le processus d’authentification avec accès conditionnel.
Deux modèles d’identité sont représentés ici : Cloud et Hybrid.
On retrouve le principe d’accès conditionnel ici.

Azure AD est à mon sens le thème le plus exprimé dans cette certification. Prenez garde à ne pas négliger ce sujet. Il suffit de regarder la liste des services à connaitre dans le contenu de la certification :

  • Méthodes d’Authentification
  • Types d’identité
  • Self-service password reset
  • Password protection 😉
  • Authentification multifacteurs
  • Windows Hello for Business
  • Identités hybrides
  • Types d’utilisateurs (interne, Guest, …)
  • Accès conditionnel
  • Rôles
  • Privileged Identity Management (PIM)
  • Identity Protection

J’ai eu plusieurs questions sur ce dernier point. Vous trouverez ces principales fonctionnalités ici.

Sécurité au sein d’Azure :

Beaucoup de services aux fonctionnalités variées sont disponibles sur Azure. Certains sont plus utilisés que d’autres, mais connaître leurs principales caractéristiques est demandé dans cette certification. Par exemple :

A quoi sert Azure Bastion ? A créer une connexion sécurisée pour, par exemple, se connecter aux machines virtuelles sans exposer celles-ci avec une adresse IP publique.
A quoi servent les Network Security groups ? A filtrer le trafic réseau avec des règles de sécurité qui autorisent ou rejettent le trafic réseau entrant et sortant.
A quoi Azure Blueprint ? A première vue, on ne pensera pas à ce service pour la sécurité, pourtant Azure Blueprint va permettre l’intégration de rôles et de polices dans la récurrence des déploiements = sécurité !

Les composants de sécurité ne font pas tous dans votre examen, certains concepts sont aussi interrogés dans cette certification. Je pense par exemple au Secure Score. Intégré au Security Center, il va évaluer continuellement vos ressources, vos abonnements et votre organisation en recherchant d’éventuels problèmes de sécurité. Tout cela est compté sous forme de points ou de pourcentages :

Azure Defender et Azure Sentinel sont deux formidables outils, mais il peut être difficile de les comprendre au premier abord :

  • Azure Defender : version avancée d’Azure Security Center :
    • CSPM (gestion de la posture de sécurité cloud)Security Center est disponible gratuitement pour tous les utilisateurs Azure.
    • Protection de charge de travail cloud (CWP)Azure Defender, garantit une protection avancée et intelligente de vos ressources et charges de travail Azure et hybrides.
  • Microsoft Azure Sentinel = SIEM (Security Information and Event Management) et SOAR (Security Orchestrated Automated Response). Il va pouvoir se connecter à un grand nombre de sources de données pour placer votre œil en face de l’alerte de manière efficace et vous donner des moyens directs d’agir.

J’ai trouvé une vidéo aussi qui détaille bien les deux produits pour vous faire une meilleure idée :

Merci à John Savill 🙂

Intune (Microsoft Endpoint Manager) :

La gestion des Endpoints reste un aspect important de la sécurité, et Intune est là pour vous simplifier la vie. Lorsque les appareils sont inscrits et gérés dans Intune, les administrateurs peuvent par exemple :

  • Consulter les appareils inscrits et obtenir un inventaire des appareils qui accèdent aux ressources de l’organisation.
  • Configurer les appareils pour qu’ils respectent vos normes de sécurité et d’intégrité. Par exemple, vous souhaitez probablement bloquer les appareils jailbreakés.
  • Envoyer des certificats aux appareils pour que les utilisateurs puissent accéder facilement à votre réseau Wi-Fi ou utiliser un VPN pour se connecter à votre réseau.
  • Consulter les rapports sur les utilisateurs et les appareils conformes et non conformes.
  • Supprimer les données de l’organisation si un appareil est perdu, volé ou n’est plus utilisé.
On peut voir dans cette image que Intune peut aussi gérer des données d’entreprise dans des appareils personnels.

Sécurité au sein de Modern Workplace (Microsoft 365) :

On se rapproche ici de beaucoup de sujets abordés sur la certification MS-500. Rassurez-vous ! Aucun cas technique spécifique ne sera abordé dans cette SC-900, mais encore une fois il vous faut comprendre les principaux de concepts pour protéger votre environnement.

Vous retrouverez donc beaucoup d’éléments de sécurité liés aux comportements des utilisateurs dans Microsoft 365, mais aussi sur les données et leur protetion. Attendez-vous à avoir des questions d’ordre général :

  • Quelles sont les mesures en rapport avec Data Loss Prevention?
  • A quoi servent les sensitive labels ?
  • Que peut-on faire avec le service eDiscovery ?
DLP ?

Conclusion

Pour finir, beaucoup de concepts sont abordés dans cette certification. Après l’examen, je peux vous dire que cette certification pourrait être vue comme une première étape d’introduction à la MS-500.

Prenez le temps de suivre le programme donné par Microsoft ici.

Is it Zen, or just the art of getting things done? - BBC Worklife

Prenez surtout le temps de vous familiariser avec ces multiples portails :

Comme vous le voyez, il existe une multitude de portail à explorer pour maîtriser le sujet ! Mais tout n’est pas à connaitre, testez-les et voyez leurs fonctionnalités ne vous fera pas de mal 😉

Je trouve aussi que les Training Days organisés par Microsoft sont un bon moyen de se préparer à cet examen.

Pensez à partager dans les commentaires vos autres sources d’apprentissage, ou votre feedback sur l’examen 😊

J’ai gardé le meilleur pour la faim 😀

Bon examen !

Certification Windows Virtual Desktop (AZ-140)

AZ-140 Configuring and Operating Windows Virtual Desktop on Microsoft Azure  – My Tips – Mr T-Bone´s Blog

Mon expérience sur l’examen Windows Virtual Desktop (AZ-140)

Fin mars 2021, une nouvelle certification Microsoft Azure a vu le jour et elle se consacre uniquement à seul produit : Windows Virtual Desktop. Pour rappel, Windows Virtual Desktop (aussi appelé WVD) est une plateforme lancée en septembre 2019 de type « Desktop-as-a-Service » (DaaS) sur Microsoft Azure qui offre la meilleure expérience virtuelle de Windows et de Microsoft Office. Voilà pour la définition officielle.

Comme pour la certification SAP sur Azure, le but de cette certification est de valider des connaissances sur les caractéristiques de WVD, mais aussi d’être en en mesurer déployer cette solution selon plusieurs scénarios et contraintes possibles :

  • Migration d’un environnement RDS existant en y simplifiant le management
  • Création d’un nouvel environnement de virtualisation sécurisé et moderne
  • Apporter de la continuité pour des applications “Legacy” qui fonctionne encore sur Windows 7
Microsoft-WVD-logo - Poppelgaard.com

Ayant passé cette certification début avril 2021, encore en version Beta, je vais vous partager mon retour d’expérience sur cet examen en attendant les résultats finaux, afin de vous aider au mieux sur le contenu à maitriser.

Pour rappel, le contenu exact est aussi disponible sur la page de la certification AZ-140 (ici). Vous pouvez aussi le télécharger au format PDF à partir de ce lien.

Free GED Study Guides - Magoosh GED Blog | Magoosh GED Blog

On va donc retrouver différents sujets dans cette certification, dont les principaux pourraient être :

  • Architecture on-premise existante : vous avez de fortes chances de vous retrouver avec un ou plusieurs use-cases. Ces derniers partiront certainement d’une architecture on-prem existante, avec des contraintes à respecter pour migrer sur WVD. Le cas assez classique pourrait être un multisites avec un siège et succursales ayant des besoins variés et des contraintes de distances.
Google Ethernet Cables Labeled With Cut Here To Activate Firewall
  • Connaissances des réseaux sur Azure : là encore c’est un grand sujet de presque toutes les certifications Azure. La maîtrise de la solution WVD passe par la mâitrise de ses exigences réseaux. Il n’est quand pas utile de connaître cette liste de ports et d’URLs par coeur ! Mais on va vous demander de bien connaître les réseaux utilisés, notamment pour la partie dédiée utilisateur (ex spécificité iOS). Vous pourrez également avoir des questions sur les accès par lien VPN ou le peering entre v-net.
  • Active Directory : Composante fondamentale d’un environnement Windows Virtual Desktop, vous pouvez être sûr que des questions vont concerner ce sujet. Les possibilités de monter environnement WVD sont variées concernant ce point et nécessite d’en avoir testé au préalable plusieurs. Attendez-vous aussi avoir des connections sur le très célèbre Azure AD Connect.
WVD Classic | Windows Virtual Desktop - #8 - WVD Azure ADDS - YouTube
L’utilisation d’un domaine managé, tel que d’AADDS est un moyen simple et rapide d’installer la solution pour des entreprises Cloud-only. Il comporte malgré tout quelques contraintes avant de le choisir.
How to add a session host to a Windows Virtual Desktop Host Pool ?
Autre cas avec un Active Directory hébergé dans une seconde région Azure.
A noter ici la présence d’un point of failure : Si la région Azure UK South devient inaccessible, les utilisateurs se connectant sur la région East US ne pourront qu’attendre qu’un rétablissement de service
  • Architecture Windows Virtual Desktop : il sera question de vérifier ici vos connaissances concernant les grandes notions techniques qui compose la ressource WVD : Host pool (Pooled / Personnal) – Workspace – Applications group. Savoir ce que chacun, savoir ce qu’il fait et connaître leurs principales options est évidement de rigueur.
https://raw.githubusercontent.com/DeanCefola/Azure-WVD/master/WVD%20Hack%20Network%20Architecture.png
Merci à Dean Cefola qui anime sur YouTube la chaîne Azure Academy pour cet exemple d’architecture WVD multisites
  • Estimation du coût de l’architecture : cette notion est présente dans cette certification, comme dans la certification « Microsoft Azure Architect Design » AZ-304. L’idée ici n’est pas de connaitre tous les prix en $ ou en €, mais d’avoir une idée des gammes de produits de des coûts potentiels. Vous penserez à cela quand la question comportera la remarque « La moins chère possible ». Petite anecdote : AD DF et « La moins chère possible » font rarement bon ménage !
Migration des Profils CITRIX UPM vers FSLOGIX en « oneshot » – Xavier  BIANCHI #SysAdmin
  • FSLogix : grand gagnant de l’architecture WVD, cette solution a montré ses qualités (souplesse de configuration, performances, facilité de management, …) et reste une valeur sûre dans le jeu de questions que vous pourrez avoir. Pour rappel, FSLogix a été acquis par Microsoft automne 2018. Il faut donc vous attendre à des questions sur son périmètre d’installation (type de storage, SKU, …) et ses principales fonctionnalités (Cloud cache , App masking, configuration Regedit, … ). Ne pas être surpris non plus d’avoir aussi des questions sur la gestion des droits (RBAC ou NTFS)
Tout savoir sur la pomme Golden | Potager City
  • Gestion des golden images : une bonne pratique a la mise en place d’un remote desktop passe par l’utilisation d’images préconfigurées et mises régulièrement à jour afin de gérer la solution WVD dans les conditions les plus sécurisées. On souhaite donc savoir ici si vous maîtriser le process de création des images (sysprep, capture, …) et leur gestion en exploitation (shared image galery et autres)
  • Connaissances des rôles WVD : De manière bien large, la construction de ressources sur Azure passe toujours par l’attribution des bons droits (ni trop, ni trop peu). Plusieurs roles WVD ont donc été créés dans le scope Azure RBAC, mais aussi d’autres liés à exploitations des autres ressources tels que les machines virtuelles ou encore les comptes de stockages. Ici donc, il faut aller plus loin que « Owner », « Contributor » et « Reader »
  • Sécurité : Comme les autres application SaaS, l’accès conditionnel d’Azure AD est aussi de la partie sur Windows Virtual Desktop. Il est en effet possible de créer des règles exigeant l’utilisation de postes « compliant » ou encore d’exiger l’autentification multifacteur. Profitez-en pour faire une piqûre de rappel sur cette partie, cela ne fait jamais de mal !
Step-by-Step Guide To Securing Windows Virtual Desktop With MFA
Attention, il subsiste encore les applications WVD « Legacy ou classic » dans le listing. La dernière en date est « 9cdead84-a844-4324-93f2-b2e6bb768d07 »
  • Expérience utilisateur : en relisant la liste des compétences mesurées pour l’AZ-140, je vois que l’on attendsde vous de savoir configurer Universal Print, MSIX App Attach, Teams AV Redirect et autres. Honnêtement, je n’ai pas souvenir d’avoir eu des questions sur ces points mais d’autres sont plus successible de tomber comme le timeout ou encore sur les propriétés RDP.
  • Sauvegarde : point capital dans toute architecture informatique, il faut savoir ce qui est capital de sauvegarder et ce qui ne l’est pas ! Prenez le temps de faire des tests sur ce chapitre. Recovery Services vault est un outil assez complet avec les backups et les fonctionnalités de DR intégrées.
  • PowerShell et Azure CLI : je pense que ce point est réduit puisque presque tous les commandes WVD sont aussi disponible dans le portail Azure. Néanmoins je pense encore que certaines actions, comme joindre un compte de stockage à un domain AD, sont toujours faisable uniquement via ligne de commande
  • Monitoring de la solution WVD : Plusieurs outils sont disponibles pour monitorer toute la solution. Comme à chaque fois, Azure est toujours généreux dans sauvegarde de logs et de métrics dans un Log analytics workspace ! Il s’agit aussi d’un sujet à lui tout seul, tellement l’espace et les possibilités sont grandes.

Au final et comme toujours, le passage par la case pratique est obligatoire pour réussir cette certification Windows Virtual Desktop. Pensez-à prendre en compte des variations de scénarios pour voir les différents cas de figure.

Voici quelques liens qui m’ont été utile pour préparer mes connaissances :

Pensez à partager dans les commentaires vos autres sources d’apprentissage, ou votre feedback sur l’examen 🙂