Comprenez les coûts d’une ressource Azure

Un des principes fondamentaux du Cloud est fonctionner, et de facturer, selon la consommation. Cela permet de payer un service uniquement quand celui-ci est utilisé. Associé à ce principe, une transparence des coûts est présente via une décomposition précise.

Néanmoins, la compréhension de la tarification et de la facturation d’Azure n’est pas chose aisée durant la mise en place des premières architectures, tant la granularité tarifaire peut s’avérer pleine de coûts combinés et de variantes possibles selon les scénarios.

Un premier article dédié à l’optimisation des coûts est déjà disponible sur ce blog juste ici. Ce second article est quant à lui dédié à la décomposition tarifaire d’une machine virtuelle, très utilisée sur Azure.

Optimisez votre Azure : 1/4 – Les Coûts

Comment fonctionne la politique tarifaire d’Azure ?

Azure propose deux méthodes de tarification, assez classiques chez tous les fournisseurs de Cloud :

  • Paiement à la demande : aussi appelé PAYG (Pay-As-You-Go), cette méthode de facturation est sans engagement. Le décompte tarifaire commence selon les cas quand la ressource est créée ou allumée, et se termine quand la ressource est supprimée ou arrêtée.
  • Engagement de durée : disponibles sur certaines ressources Azure, les engagements sur Azure sont généralement disponibles sur un ou trois ans avec un paiement unique en début d’engagement ou mensuellement. Durant cette durée, le coût de la ressource n’est plus facturé en PAYG, on profite alors d’un rabais très intéressant. L’annulation de l’engagement durant la période n’est pas toujours possible.

Il est possible de combiner les deux méthodes dans un seul environnement Azure sans difficulté.

Attention : un engagement ne couvre généralement pas l’ensemble des coûts d’une ressource Azure.

Quels sont les principaux types de coûts d’une ressource Azure ?

La liste des prix publics des ressources est accessible sur la Calculatrice de prix Azure.

Aucun identifiant n’est nécessaire.

Rien de telle qu’une vidéo pour comprendre comment celui-ci fonctionne :

Seyfallah Tagrerout

Le coût d’une ressource Azure se décompose généralement en plusieurs types de coût. Par exemple, le stockage de données sur Azure générera les coûts suivants :

  • Le volume de stockage : Mo, Go, To, …
  • Le volume de transactions : lectures, écritures, …
  • Le volume de données transitant par les réseaux : Mo, Go, To, …
  • Les services additionnels : réplication, sauvegarde, sécurité, …
Ce lien ouvre une page détaillée des coûts.

Dans cet article, nous allons nous intéresser aux machines virtuelles Azure et à quatre de ses principaux types de coûts :

  • Le Calcul : le traitement de l’information nécessite un service capable d’effectuer des calculs. Azure considère couple processeur / mémoire comme un couple de calcul. On retrouve cet ensemble dans les machines virtuelles, les serveurs de base de données ou les services Web. Assez simplement, le coût du service calcul va dépendre de sa taille, donc de sa technologie, de son nombre de coeurs et de sa taille de mémoire.
  • Le Stockage : Bien souvent, de l’information a besoin d’être stockée dans une architecture. Qu’elle soit utilisée par le service de calcul, mise à disposition pour des accès externes ou pour des besoins de sauvegarde, le stockage disposera généralement de 3 variables : taille (Go; To), débit (Mo/sec; Go/sec) et puissance transactionnelle (IOPS).
  • Le Réseau : Une ressource Azure a besoin de communiquer avec des utilisateurs ou d’autres ressources IT. Par exemple, le réseau virtuel Azure est un moyen simple de faire communiquer des ressources Azure entre elles, une passerelle VPN ou ExpressRoute Azure sera un moyen facile et sécurisé d’établir une communication vers un environnement local. Comme pour le stockage, la tarification réseau repose sur des variables : taille de la bande passante et le volume de données en transition.
  • La licence logicielle : Là encore, la ressource Azure sera souvent exploitée par un système d’exploitation et/ou logiciel, dont certains fonctionnent sous licence payante. Dans l’exemple des licences Microsoft, comme Windows Server ou SQL Server, la tarification Azure repose sur la taille du service de calcul, comme le nombre de coeurs des machines virtuelles. Il est aussi possible de réduire les coûts des licences en réutilisant, sous certaines conditions, des licences existantes.

La machine virtuelle Azure est le meilleur exemple car elle est présente dans de nombreux déploiements Cloud et comporte une variété de coûts Azure.

Tous les champs indiqués dans la Calculatrice de prix Azure ont un impact sur le prix, mais les trois champs entourés en rouge sont ajustables selon les besoins dans le temps :

Taille de l’instance de calcul :

Pas de mystère, plus une machine virtuelle dispose de coeurs et/ou de mémoire, plus son coût est élevé. Il est donc important de choisir une taille adaptée selon les besoins pour éviter des ralentissements ou une sous-utilisation.

Peut-on moduler la taille de la machine virtuelle selon les besoins ?

Il est envisageable de redimensionner la taille durant la nuit ou le week-end quand la période de calcul est plus faible, via le portail Azure ou même de l’automatiser grâce à un script.

Attention : un changement de taille engendre un repositionnement de la machine virtuelle par l’hyperviseur, donc un redémarrage systématique de l’OS.

Durée de fonctionnement :

Une fois créée, une machine virtuelle Azure oscille sur 3 différents statuts :

  • Démarrée : fonctionnement normal et tarification des 4 coûts : calcul, stockage, réseau et licence.
  • Arrêtée : machine virtuelle non accessible, tarification maintenue pour le calcul et le stockage.
  • Arrêtée (Désallouée) : machine virtuelle non accessible, tarification maintenue pour le stockage.

Dans certains cas, l’arrêt complet de la machine virtuelle est donc une approche intéressante pour réduire les coûts. Imaginez un scénario où la machine virtuelle ne démarre qu’au moment où l’utilisateur en a besoin, par exemple durant les heures des jours de la semaine.

Important : à noter que le démarrage d’une machine virtuelle dépend aussi des ressources disponibles dans le datacenter Azure où elle se situe. Ce point de détail a pu être épineux, par le passé, pour certaines tailles de machines exotiques.

Engagement, ou pas :

Comme indiqué plus haut, deux méthodes de facturations sont disponibles sur Azure. Prendre un engagement sur une machine virtuelle est une méthode pratique pour diminuer les coûts quand l’utilisation de la ressource est en 24/7.

Comment fonctionne une instance réservée ?

Il faut voir une instance réservée Azure comme une place de parking, louée pour une durée d’un ou trois ans auprès de Microsoft :

L’instance réservée est une méthode d’engagement historique, elle a depuis été complétée avec le Plan d’économies, disponible depuis quelques mois :

Disque de stockage :

Le stockage de données est un élément indispensable pour une machine virtuelle Azure. Il s’agit d’un coût que l’on paye en permanence, même si la machine virtuelle est éteinte. La taille, la SLA et les performances des disques sont des vecteurs de coûts et donc d’économies potentielles.

Quatre niveaux de disque sont actuellement disponibles sure Azure :

  • Standard HDD
  • Standard SDD
  • Premium SSD v1/v2
  • Ultra disk

L’économie va alors dépendre des besoins : une taille de disque adaptée, des performances suffisantes vous permettrons de répondre au mieux à ces derniers et donc de réduire les coûts :

Les disques premium SSD v2 apportent plus de flexibilité sur le choix des performances voulues.

Quelques remarques :

  • La taille du disque dépendra de la taille de l’image ou de la partition. Il n’est pas possible de choisir une taille plus petite que l’image.
  • Certains niveaux de disques n’incluent pas les coûts liés au volume de transaction dans le prix de base. Il faut donc en tenir compte dans le calcul de coût du stockage.
  • Le meilleur prix final, et donc la meilleure économie possible, peut reposer sur l’achat de disque plus cher pour ne pas payer un gros et coûteux volume de transactions.
  • Le changement de niveau de disque est possible au démarrage de la machine virtuelle via le portail Azure ou avec la mise en place d’un script.

Le réseau :

Inutile de se le cacher, la tarification du réseau d’Azure n’est pas simple. Azure considère un transfert de données et son prix change en fonction de sa destination :

Interne à la région Azure : transfert de données entre deux ressources d’une même région Azure. Dans ce scénario, le coût du traffic est nul, pour la plupart des cas :

A noter que le peering de réseaux virtuels, d’une même région Azure ou non, n’est pas gratuit.

Entre deux régions Azure : certains architectures Cloud sont réparties sur plusieurs régions Azure afin de disposer les ressources au plus près des utilisateurs. Tous les mois, les 5 premiers gigas de transfert de données inter-région sont gratuits :

Vers le réseau internet : tous les mois, les 100 premiers gigas de transfert de données vers internet sont gratuits :

Comme pour toute ressource Azure mise en réseau, une machine virtuelle communique via 2 types de flux :

  • Entrant : connexions entrantes, comme un accès RDP distant ou encore un service web accessible en local ou sur internet. Les flux réseaux entrants vers Azure ne génèrent pas de coûts.
  • Sortant : connexions sortantes, comme un accès RDP distant ou lors d’un téléversement de fichiers. Les flux réseaux sortant d’Azure génèrent des coûts si la destination est en dehors du réseau Microsoft ou sur une autre région Azure.
Le routage du trafic via Microsoft Global Network sera plus résilient qu’un routage Internet, mais un peu plus cher.

Licences logicielles :

La majorité des machines virtuelles vont fonctionner sur Windows ou Linux. Bien souvent, un système d’exploitation nécessite de disposer d’une licence. Microsoft propose donc de payer cette licence uniquement quand la machine est démarrée.

Vous retrouvez ce détail personnalisable dans le Calculateur de prix Azure :

Deux facteurs existent sur le prix de la licence en PAYG :

  • Le coût de licence va dépendre du nombre de coeurs.
  • Un nombre d’heures moins important fera baisser le montant du coût de licence.

Qu’est-ce qu’Azure Hybrid Benefit ?

Azure Hybrid Benefit est un avantage en matière de licences qui vous permet de réduire considérablement les coûts d’exécution de vos charges de travail dans le cloud. Son fonctionnement consiste à vous autoriser à utiliser vos licences Windows Server et SQL Server compatibles sur Azure.

L’activation de cette fonction est faisable pendant ou après la création de la machine virtuelle en quelques clics :

Vous pouvez acheter des licences en souscription annuelle ou pluriannuelle. Les économies réalisées représentent des sommes non négligeables.

Enfin, il ne faudra pas oublier d’autres coûts annexes comme la sauvegarde de données, la sauvegarde de logs ou de métriques, ou encore la mise en place d’un service de reprise après sinistre, qui seront rattachés à différents services Azure.

Conclusion

La tarification d’un hébergeur Cloud peut sembler complexe, mais une prédiction des coûts est possible grâce à l’utilisation du Calculateur de prix Azure. La documentation Azure est aussi là pour mieux comprendre les différences entre les SKU et leurs politiques tarifaires.

Enfin, je conseille également un suivi de la consommation post-déploiement via le Gestionnaire des coûts Azure afin de comparer votre prévision avec la réalité, et donc d’améliorer vos estimations futures.

Optimisez votre Azure : 2/4 – La sécurité de vos données

La donnée est une valeur critique pour tout entreprise. L’impact des ransomwares entraînant des blocages complets de productivité n’est plus à démontrer. Les attaques contre des hôpitaux montre l’absence de moralité et le large spectre pour les attaquants. De plus, le respect des normes (ex. respect de la vie privée) ou en regard avec le secteur concerné élève toujours plus haut le besoin de maîtriser la sécurité des données.

A la suite de renommages de produits, Microsoft Purview devient le centre névralgique pour la gouvernance, la protection et la gestion des données. Il s’agit donc d’une fusion entre Azure Purview et Microsoft 365 Compliance.

Microsoft Purview (anciennement Azure Purview)

Microsoft Purview est une solution unifiée de gouvernance des données qui vous aide à gérer et à gouverner vos données sur site, multicloud et SaaS (Software-as-a-Service). Créez facilement une carte holistique et actualisée de votre paysage de données avec la découverte automatisée de données, la classification des données sensibles et le lignage des données de bout en bout. Permettez aux consommateurs de données d’accéder à une gestion des données précieuse et fiable.

Azure Doc

La donnée est une des valeurs les plus importantes pour une entreprise. Que celle-ci porte sur des secrets industriels, des informations clients ou des mesures financières, il est toujours nécessaire de l’appréhender selon ces 3 actions :

  • Connaissez vos données : toutes les données n’ont pas le même impact et ne doivent donc pas être protégées de la même manière. La connaissance des données à protéger apporte une meilleure connaissance des risques possibles. Par exemple, des données personnelles peuvent être chiffrées et/ou supprimées pour le respect de certaines normes.
  • Protégez vos données : Une fois la donnée identifiée, différentes mesures de protection sont applicables à celle-ci. Un autre exemple est la restriction d’accès. Tous les salariés d’une entreprise n’ont pas besoin de voir toutes les données de celle-ci. La gestion granulaire des droits et la vérification régulière de leur utilité apporte un gage de sécurité supplémentaire.
  • Prévenez la fuite de données : La donnée doit en accès restreint. Un partage interne / externe de données sensibles doit être empêché ou alerté. L’utilisation de labels de sensibilité est une bonne méthode pour y appliquer des règles particulières selon le type de données.

Cycle de vie de la donnée

Les données ne sont pas créées de manière égale. Certaines données sont plus sensibles et nécessitent un niveau de protection et de contrôle plus fort que d’autres types.

Les types d’informations à protéger dépendent de vos exigences de sécurité internes et de vos obligations de conformité.

Chaque organisation peut avoir des normes de gouvernance ou de conformité différentes, il est important de permettre la personnalisation des politiques de classification.

Finalement, les fonctions de classification des données vous aident à mieux comprendre ce qui est utilisé, afin que vous puissiez mettre en place les bonnes politiques pour les protéger et les gérer.

Protection de la donnée

L’étiquetage de la donnée est indispensable pour comprendre d’où elle vient et où elle part, la protéger quel que soit l’endroit où elle se trouve durant le transit, la conserver et la supprimer selon chaque finalité. Pour cela, l’affectation d’étiquettes de sensibilité, des étiquettes de conservation et une classification par type d’information sensible.

Il existe plusieurs façons de procéder à la découverte, à l’évaluation et au marquage, mais le résultat attendu est de voir un très grand nombre de documents et de courriels marqués et classés avec des étiquettes.

Après avoir appliqué vos étiquettes de conservation et de sensibilité, il est possible de voir comment les étiquettes sont utilisées dans votre tenant et ce qui est fait avec ces éléments, comme par exemple :

  • Le nombre d’éléments qui ont été classés comme un type d’information sensible
  • Les étiquettes de sensibilité les plus appliquées
  • Les étiquettes de conservation les plus appliquées
  • Un résumé des activités que les utilisateurs effectuent sur votre contenu sensible
  • Les emplacements de vos données sensibles et conservées

Compliance Secure Score

Comme pour Defender for Cloud, Microsoft apporte un score de sécurité dédié au Compliance Manager. Ce score est le reflet des actions d’amélioration recommandées par Microsoft. Votre score peut vous aider à comprendre votre situation actuelle en matière de conformité. Il peut également vous aider à prioriser les actions en fonction de leur potentiel de réduction des risques.

Rappel des chapitres de l’article

Etape II : La sécurité de vos identités
Etape III : La sécurité de vos périphériques
Etape IV : La sécurité de votre Azure
Etape V : La sécurité de vos réseaux
Etape VI : La sécurité de vos applications
Etape VII : La sécurité de vos données
Etape VIII : Certifications de Sécurité Microsoft

Optimisez votre Azure : 2/4 – La sécurité de votre Azure

Comme pour les autres sections, voici une liste non exhaustive de différents outils de protection des ressources créées sur Azure.

Azure Advisor

Je vous avais déjà signalé que cet outil prodiguait gratuitement quelques conseils pour réaliser des économies sur votre architecture Cloud. Azure Advisor va plus loin en proposant également des conseils de sécurité.

Comme les autres recommandations, celles de sécurité sont classifiées selon l’impact et le risque sécuritaire.

Un clic sur les 21 recommandations listées dans mon tenant nous en affiche le détail :

Les premières recommandations sont pleines de bon sens :

  • Trop de propriétaires pour le(s) souscription(s) Azure
  • Activation si besoin de Microsoft Defender
  • Activation de la MFA pour les comptes propriétaires 😎

Certaines sont à prendre avec plus de recul, comme par exemple celle-ci :

Azure Advisor autorise les exceptions après analyse du conseil.

Comme beaucoup de services sous Azure, le coût peut être un frein selon l’usage :

Dans certains cas, Azure Advisor proposera même de « corriger » à votre place la recommandation de sécurité :

Defender for Cloud (Anciennement Azure Security Center + Azure Defender)

Microsoft a renommé ce service lors du dernier Ignite en 2021. Microsoft Defender for Cloud est une solution comportant deux aspects majeurs :

  • Gestion de la posture de sécurité cloud (CSPM) : identifie les faiblesses dans votre architecture cloud, aide à renforcer la posture de sécurité globale de votre environnement (IaaS, PaaS, SaaS).
  • Protection de la charge de travail cloud (CWP). Créer une protection des charges de travail (machine virtuelle, stockage, Kubernetes, SQL, …) dans des environnements multiclouds ou hybrides contre les menaces.

Historiquement, il existait déjà ces deux services, l’un gratuit (Azure Security Center) et l’autre payant (Azure Defender), couvrant approximativement le même périmètre. Voici un schéma pour comprendre cette évolution :

Posture de sécurité pour Microsoft Defender pour le cloud

Déjà disponible sous un ancien nom Azure Secure Score, Defender for Cloud reprend le même principe grâce l’évolution permanente des caractéristiques de sécurité des ressources Azure. Chaque point de faiblesse et alors valorisé pour établir le score de sécurité de l’architecture : plus le score est élevé, plus le niveau de risque identifié par Microsoft est faible.

Azure Defender for Server

Microsoft Defender pour les serveurs fournit la détection des menaces ainsi que des défenses avancées à vos machines Windows et Linux, qu’elles s’exécutent dans Azure, AWS, GCP ou localement. Microsoft Defender pour les serveurs est disponible dans deux plans :

Microsoft Doc

Autrement dit, l’intégration d’une ressource dans Microsoft Defender active un grand nombre de mesures de sécurité (capteurs de faille, évaluation des vulnérabilités, threat intelligence, …), mais apporte également la possibilité de piloter ses alertes et ses incidents depuis le centre de sécurité Microsoft.

Deux plans sont maintenant disponibles selon le serveur concerné et les fonctionnalités recherchées. Le plan 2 correspond à l’ancien plan appelé Defender for Server :

La liste des avantages de Defender for Server se trouve ici.

Particularité Azure :

Il est aussi possible d’intégrer un serveur protégé par Defender for Cloud dans Microsoft Defender sans aucun surcoût ! Prenez le temps de lire attentivement l’article suivant, mettant en lumière les différences entre Defender for Cloud et Defender for server, mais aussi leurs possibilités d’intégration commune.

Et enfin un autre article pour la mise en place juste ici.

Azure Backup

Azure Backup est un service de sauvegarde apportant une couche de sécurité supplémentaire en cas de perte ou de corruption de donnée. Ce service est payant et est en supplément dans la plupart des cas, mais peut être déjà intégré dans le cout de certains services PaaS (App service, MySQL, …). Comme le montre le schéma ci-dessous :

  • Azure Backup Center pilote les sauvegardes effectuées dans les différents coffres de sauvegarde ou coffres de restauration.
  • Le choix du nombre de sauvegardes est accessible lors de la mise en place de cette dernière
  • Il est même possible de sauvegarder des ressources en dehors Azure afin de garantir une copie complète de toutes les données d’entreprise.

Azure Disaster Recovery

La sauvegarde de données n’est pas un gage systématique de reprise d’activité après sinistre. Pour cela, des solutions dédiées sont mises en place et interviennent en parallèle du cycle de sauvegarde.

Le schéma d’architecture ci-dessous montre la réplication des services entre deux régions Azure :

Les machines virtuelles présentes dans la seconde région Azure ne seront allumées que lors que failover est déclenché.

La synchronisation des données est pilotée par le service Azure Site Recovery. Des disques réplicas sont créés et facturés dans la seconde région. Il en est de même pour les bases de données répliquées. A l’inverse, les machines virtuelles ne sont pas démarrées, ce qui en réduit le coût opérationnel de la seconde région.

Retrouvez mon article sur la mise en place de ce service sur une architecture Azure Virtual Desktop.

Verrous Azure

Comment protéger les ressources Azure d’une simple suppression accidentelle ?

Il arrive que les droits utilisateurs soient justifiés, mais qu’une simple erreur d’inattention provoque de gros dégâts dans l’architecture Azure. Les verrous d’Azure sont là pour ça !

Les verrous Azure sont des composants gratuits et paramétrables sur différents niveaux :

  • Souscription Azure
  • Groupe de ressource
  • Azure

Les verrous Azure fonctionnent aussi par héritage et provoque deux types de blocage :

  • CanNotDelete signifie que les utilisateurs autorisés peuvent lire et modifier une ressource, mais qu’ils ne peuvent pas la supprimer.
  • ReadOnly signifie que les utilisateurs autorisés peuvent lire une ressource, mais ne pas la supprimer ni la mettre à jour. Appliquer ce verrou revient à limiter à tous les utilisateurs autorisés les autorisations fournies par le rôle Lecteur.

Rappel des chapitres de l’article

Etape II : La sécurité de vos identités
Etape III : La sécurité de vos périphériques
Etape IV : La sécurité de votre Azure
Etape V : La sécurité de vos réseaux
Etape VI : La sécurité de vos applications
Etape VII : La sécurité de vos données
Etape VIII : Certifications de Sécurité Microsoft

Optimisez votre Azure : 2/4 – La sécurité de vos identités

Comme vous le savez déjà, la gestion identitaire d’Azure passe par Azure Active Directory (Azure AD). La sécurisation d’environnement Azure passe donc avant tout par celui-ci.

Microsoft propose donc un grand nombre d’outils combinables pour renforcer la sécurité des identités d’Azure AD. Certains sont disponibles gratuitement, tandis que d’autres nécessiteront une licence par utilisateur.

J’ai en sélectionné plusieurs dans mon article. L’ordre des outils présentés n’est pas nécessairement un ordre de mise en place.

Gouvernance des identités Azure AD (Azure AD Identity Governance)

Afin de garder la main sur les identités dans la durée, la gouvernance des identités est une excellente solution pour clôturer les accès inutiles ou périmés. Microsoft nous explique comment il faut voir cela :

La gestion du cycle de vie des identités constitue le fondement d’Identity Governance. Une gouvernance efficace à grande échelle implique la modernisation de l’infrastructure de gestion du cycle de vie des identités pour les applications.

Microsoft Doc

Gestion des rôles Azure / Azure AD (Role-Based Access Control – RBAC)

L’attribution permanente de rôles Azure / Azure AD est gratuite et très pratique. Mais en tant que premier gage de sécurité pour les identités, il est primordial de ne distribuer les rôles qu’en fonction des vrais besoins, en partant toujours de l’attribution minimale des droits dans le temps.

Avec Azure RBAC, vous pouvez séparer les tâches au sein de votre équipe et accorder aux utilisateurs uniquement les accès nécessaires pour accomplir leur travail. Lorsque vous planifiez votre stratégie de contrôle d’accès, vous pouvez accorder aux utilisateurs les privilèges minimaux pour effectuer leur travail. Évitez d’attribuer des rôles plus larges à des étendues plus importantes, même s’ils semblent plus pratiques dans un premier temps.

Microsoft Doc

Authentification multifacteur (Azure AD Multi-Factor Authentication – MFA)

L’utilisation d’un mot de passe uniquement ne protège pas complètement des attaques. Si le mot de passe est faible ou s’il a été exposé ailleurs, un attaquant peut l’utiliser pour y accéder. Quand vous exigez une deuxième forme d’authentification, la sécurité est renforcée parce que ce facteur supplémentaire n’est pas un élément qu’un attaquant peut facilement obtenir ou dupliquer.

Microsoft Doc

La MFA propose donc d’aller plus loin que le couple classique identifiant / mot de passe. L’authentification multifacteur d’Azure AD impose de mettre en place les 3 méthodes d’authentification suivantes :

  • Un élément que vous connaissez (ex. mot de passe)
  • Un élément que vous possédez (ex. un appareil de confiance, comme un smartphone)
  • Un élément qui vous définit : (ex. identifiant biométrique, tel qu’une empreinte digitale)
Ecran de configuration utilisateur pour configurer la sécurité MFA

La MFA est gratuite pour certains rôles administrateurs Azure AD, mais nécessitera une licence Azure AD Premium P1/P2 pour les autres.

Accès conditionnel (Azure AD Conditional Access)

L’authentification multifacteur est approche de sécurité combinable avec un accès conditionnel. La mise en place d’une stratégie d’accès conditionnel via l’exploitation de signaux renforce la sécurité :

Les stratégies d’accès conditionnel, dans leur forme la plus simple, sont des instructions Si-Alors : si un utilisateur souhaite accéder à une ressource, il doit effectuer une action. Exemple : Un responsable paie souhaite accéder à l’application de paie et il doit effectuer une authentification multifacteur pour y accéder.

Microsoft Doc
Signal conditionnel conceptuel + Décision = Application

L’accès conditionnel repose donc sur l’étude d’une liste des signaux envoyés lors de la connexion, comme par exemple :

  • Identifiant utilisateur (UPN)
  • Localisation (Adresse IP, pays, coordonnées GPS, …)
  • Appareil (Type d’appareil, état, …)
  • Application cible (Azure, Office 365, Salesforce, Azure Virtual Desktop, …)
  • Risque potentiel (Faible, Moyen ou Haut). Signal propre Azure AD Identity Protection

Une fois les signaux pris en compte, une décision en résulte :

  • Bloquer l’accès
  • Accorder l’accès avec une ou des conditions suivantes : exiger une authentification multifacteur, que l’appareil soit marqué comme conforme, que l’appareil soit joint à Azure AD en mode hybride, …

L’accès conditionnel ne finit pas systématiquement à la connexion, il peut encore continuer au sein même de l’application cible via des restrictions fonctionnelles.

Protection de l’identité (Azure AD Identity Protection)

Pour protéger vos utilisateurs, Azure AD Identity Protection s’appuie sur les connaissances acquises par Microsoft au niveau des organisations avec Azure AD, de l’espace grand public avec les comptes Microsoft et des jeux avec Xbox. Microsoft analyse 6 500 milliards de signaux par jour pour identifier les menaces et protéger les clients.

Microsoft Doc

Comme le montre le schéma ci-dessous, Azure AD Identity Protection est lui aussi un composant utilisable dans un stratégie d’accès conditionnel :

Chaque jour, nos systèmes d’apprentissage automatique et heuristiques fournissent des scores de risque pour 18 milliards de tentatives de connexion correspondant à plus de 800 millions de comptes distincts, dont 300 millions relèvent de manière perceptible d’adversaires (entités telles que des auteurs malveillants et des pirates informatiques).

Alex Weinert

Mais ce n’est pas tout, son analyse est aussi exportable et intégrable dans un outil SIEM (Security Information and Event Management) pour un examen et une exploitation plus poussés.

Attention, Azure AD Identity Protection nécessite une licence Azure AD Premium P2 par utilisateur.

Revues d’accès (Azure AD Access Reviews)

Une revue d’accès est un examen, généralement périodique, des besoins d’accès à une ressource. Ce dernier est réalisé en auto-contrôle ou par supervision.

Azure AD permet aux organisations de gérer efficacement les appartenances à des groupes, l’accès aux applications d’entreprise et l’attribution de rôles. L’accès des utilisateurs peut donc être revu régulièrement pour s’assurer que seules les bonnes personnes ont encore un accès :

Pourquoi les révisions d’accès périodiques sont-elles si importantes ?

Azure AD vous permet de collaborer avec des utilisateurs à l’intérieur de votre organisation ainsi qu’avec des utilisateurs externes. Les utilisateurs peuvent se joindre à des groupes, inviter des personnes, se connecter à des applications cloud et travailler à distance à partir de leurs appareils personnels ou professionnels. L’intérêt d’utiliser le libre-service a conduit à la nécessité d’avoir de meilleures fonctionnalités de gestion des accès.

Microsoft Doc
Attention, Azure AD Access Reviews nécessite lui aussi une licence Azure AD Premium P2 par utilisateur.

Gestion des identités privilégiées (Azure AD Privileged Identity Management – PIM)

Nous avons parlé de la gestion des rôles Azure et Azure AD via RBAC. PIM est un second outil intégré à RBAC en instaurant un processus d’attribution des rôles via le couple demande / approbation.

Cette approche facile la gestion, le contrôle et la supervision des accès de vos utilisateurs dans votre tenant et en fonction du contexte (besoin, durée, justification).

Attention, Azure AD Privileged Identity Management nécessite lui aussi une licence Azure AD Premium P2 par utilisateur.

Azure AD et la sécurité

Afin de vous faire une synthèse des différentes mesures abordés et d’autres, j’ai retrouvé cette vidéo qui devrait vous éclaircir un peu :

Rappel des chapitres de l’article

Etape II : La sécurité de vos identités
Etape III : La sécurité de vos périphériques
Etape IV : La sécurité de votre Azure
Etape V : La sécurité de vos réseaux
Etape VI : La sécurité de vos applications
Etape VII : La sécurité de vos données
Etape VIII : Certifications de Sécurité Microsoft

Optimisez votre Azure : 2/4 – La sécurité de vos réseaux

Dans un environnement Cloud, la connectivité réseau est un point primordial de la sécurité. Que les services hébergés dans le cloud doivent être accessibles depuis une architecture on-premise ou pour des utilisateurs internet, il est nécessaire de mettre en place des mesures de sécurité pour protéger le traffic réseau mais aussi les périphériques.

Pour cela, voici quelques services disponibles nativement sous Azure pour y parvenir :

Azure VPN

Azure VPN est un service managé par Microsoft :

Une passerelle de réseau virtuel est composée de deux machines virtuelles ou plus qui sont automatiquement configurées et déployées sur un sous-réseau spécifique que vous créez, appelé sous-réseau de la passerelle… Vous ne pouvez pas configurer directement les machines virtuelles qui font partie de la passerelle de réseau virtuel, même si les paramètres que vous sélectionnez lors de la configuration de votre passerelle ont un impact sur les machines virtuelles de passerelle créées.

Microsoft Doc

La passerelle de réseau virtuel envoie du trafic crypté entre un réseau virtuel Azure et un site via Internet. Cette connexion est disponible pour deux besoins :

  • Connexion Site à Site (S2S) : utilisée pour établir une ou des connexions permanentes vers des locaux afin de prolonger les réseaux locaux dans Azure.
  • Connexion Point à Site (P2S) : utilisée pour établir des connexions temporaires en situation de mobilité. Ideal pour des périphériques portables.

Dans le cadre d’une connexion P2S, les méthodes d’authentification à Azure VPN sont à considérer selon le type de périphériques utilisé :

Azure propose plusieurs SKUs de VPN avec différents débits :

A cela, il faut aussi ajouter les coûts de bande passantes puisque le traffic sortant d’Azure est facturé par Microsoft :

Azure ExpressRoute

A l’inverse d’Azure VPN, les connexions ExpressRoute n’acheminent pas le traffic via Internet. Elles offrent plus de fiabilité, une vitesse plus rapide et une latence inférieure que les connexions Internet classiques.

Un circuit ExpressRoute comporte toujours deux connexions à deux routeurs périphériques Microsoft Enterprise (MSEE). Les fournisseurs de connectivité utilisent eux aussi des dispositifs redondants pour assurer la redondance de vos connexions à Microsoft.

Les principaux avantages de la connexion ExpressRoute sont :

  • Connectivité de couche 3 entre votre réseau local et le cloud de Microsoft via un fournisseur de connectivité.
  • Connectivité aux services de cloud de Microsoft dans toutes les régions de la zone géopolitique.
  • Routage dynamique entre votre réseau et Microsoft via le protocole de routage dynamique standard (BGP).
  • Redondance intégrée dans chaque emplacement de peering pour une plus grande fiabilité.
  • SLA de disponibilité de la connexion.
  • Support de la qualité de service pour Skype Entreprise.

La tarification d’une liaison ExpressRoute est plus chère qu’une liaison Azure VPN et se décompose de la façon suivante :

  • Passerelle de réseau virtuelle ExpressRoute (Microsoft)
  • Circuit ExpressRoute (Microsoft)
  • Traffic sortant si formule non illimité (Microsoft)
  • Partenaire de connectivité ExpressRoute (Fournisseur d’accès)

Des formules annexes d’ExpressRoute existent comme :

Azure Network Security Group (NSG)

Un groupe de sécurité réseau (NSG) filtre le trafic réseau entrant et sortant et contient des règles qui sont utilisées pour autoriser ou refuser le trafic de sécurité réseau filtré. La configuration de ces règles de sécurité NSG vous permet de contrôler le trafic réseau en autorisant ou en refusant des types de trafic spécifiques. Vous pouvez affecter un NSG à :

  • Une interface réseau pour filtrer le trafic réseau sur cette interface uniquement.
  • Un sous-réseau pour filtrer le trafic sur toutes les interfaces réseau connectées dans le sous-réseau.

Vous pouvez également affecter des NSG à la fois à des interfaces réseau et à des sous-réseaux. Dans ce cas, chaque NSG est évalué indépendamment.

Azure Application Security Group (ASG)

Il est possible de combiner l’efficacité du NSG en associant les ressources de même nature à un ASG. Le groupe de sécurité des applications vous permet de configurer la sécurité du réseau comme une extension naturelle de la structure d’une application, en vous permettant de regrouper des machines virtuelles et de définir des politiques de sécurité du réseau en fonction de ces groupes.

Azure Bastion

Les machines virtuelles Windows et Linux nécessitent un accès pour leur administration. L’ajout d’une IP publique sur la machine virtuelle résout le souci d’accès externe mais créer un précédent de sécurité. C’est là qu’Azure Bastion rentre en scène :

Azure Bastion est un service PaaS proposé par Azure pour apporter une couche de sécurité supplémentaire dans le cadre de connexion RDP/SSH. Ce composant permet alors de se connecter sur des machines virtuelles sans les exposer à internet.

Azure Bastion doit être associé à un réseau virtuel même s’il est compatible avec les réseaux virtuels associés à ce dernier.

Azure Firewall

Azure Firewall est un service de sécurité réseau basé sur le cloud qui permet de protéger vos ressources VNet. En utilisant Azure Firewall, vous pouvez créer et gérer de manière centralisée des profils de connectivité réseau dans toute votre organisation.

Rappel des chapitres de l’article

Etape II : La sécurité de vos identités
Etape III : La sécurité de vos périphériques
Etape IV : La sécurité de votre Azure
Etape V : La sécurité de vos réseaux
Etape VI : La sécurité de vos applications
Etape VII : La sécurité de vos données
Etape VIII : Certifications de Sécurité Microsoft

Optimisez votre Azure : 2/4 – La sécurité de vos applications

Comme le montrait le schéma sur la défense en profondeur, la couche applicative est le dernier rempart avec l’accès à la donnée. Un contrôle est donc nécessaire sur vos applications, que celles soient locales ou hébergées dans le Cloud.

Là encore, le modèle Zéro Trust aide les organisations à s’assurer que leurs applications et les données qu’elles contiennent sont protégées par :

  • Application de contrôles et technologies pour découvrir l’informatique fantôme.
  • Garantir les autorisations appropriées dans l’application.
  • Limitation de l’accès en fonction de l’analytique en temps réel.
  • Surveillance du comportement anormal.
  • Contrôle des actions de l’utilisateur.
  • Validation des options de configuration sécurisée.

Microsoft propose un guide pour parvenir à déployer Zéro Trust au sein du parc d’applications. La mise en oeuvre doit être graduelle et progressive pour arriver aux points suivants :

  • Toutes les applications sont disponibles en utilisant l’accès du moindre privilège avec une vérification continue.
  • Une maîtrise dynamique est en place pour toutes les applications avec un contrôle en cours de session.

Defender for Cloud App (Cloud App Security)

De nos jours, il ne se passe pas une heure sans que nous utilisions des applications SaaS pour nous outils critiques. La sécurité passe donc par la protection de ces dernières.

Ajouté à cela, il est très fréquent que certaines applications SaaS soient utilisées sans faire partie du paysage IT de l’entreprise. Certaines de ces applications peuvent présenter des risques majeurs, du point de vue des cyberattaques, tandis que d’autres ne sont tout simplement pas conformes aux réglementations que votre entreprise doit respecter.

Microsoft Cloud App Security est une solution bien conçue pour résoudre ces problèmes. Elle recueille et rend compte de toutes les informations essentielles dont les administrateurs informatiques ont besoin pour protéger les ressources Cloud d’une entreprise contre les attaques externes et les accidents internes.

Microsoft Defender pour les applications cloud est un répartiteur de sécurité d’accès cloud (CASB) qui prend en charge différents modes de déploiement, y compris la collecte de journaux, les connecteurs API et un proxy inverse. Il offre une grande visibilité, un contrôle des déplacements des données, et des analyses sophistiquées pour identifier et combattre les cybermenaces sur l’ensemble de vos services cloud Microsoft et tiers.

Microsoft Doc

Grâce à Defender for Cloud App, certaines tâches sont facilités :

  • Atténuer le risque lié au shadow IT.
  • Détecter les menaces de cybersécurité.
  • Assurer la conformité.
  • Sécuriser les informations sensibles.

Rappel des chapitres de l’article

Etape II : La sécurité de vos identités
Etape III : La sécurité de vos périphériques
Etape IV : La sécurité de votre Azure
Etape V : La sécurité de vos réseaux
Etape VI : La sécurité de vos applications
Etape VII : La sécurité de vos données
Etape VIII : Certifications de Sécurité Microsoft

Optimisez votre Azure : 2/4 – La sécurité de vos périphériques

Les périphériques accédant à vos données se doivent d’être protégés. La mise en place d’outils de gestion, de contrôle et de conformité est déjà un premier pas vers plus de sécurité. Voici une liste non exhaustive d’outils Azure pour la sécurité de vos périphériques.

Périphérique joint / enregistré à Azure AD

Il est toujours utile de joindre les périphériques à Azure AD. Comme pour un Active Directory, la connaissance de ces derniers apporte une meilleure maitrise de la sécurité lors de la création de règles de sécurité.

Cette jointure ne rentre absolument pas en conflit pour les périphériques déjà présents dans un Active Directory. L’outil de synchronisation Azure AD Connect dispose d’une fonctionnalité permettant justement la jointure hybride pour ces périphériques.

Une fois le périphérique joint à Azure AD, il est possible de mettre en place des règles d’accès conditionnel qui tiennent compte de ce status :

Endpoint Management (Intune)

Qu’est-ce que Microsoft Intune ou Endpoint Management ?

Microsoft Intune est un service basé sur le cloud qui se concentre sur la gestion des périphériques mobiles (MDM) et la gestion des applications mobiles (MAM). Vous contrôlez la façon dont les appareils de votre organisation sont utilisés, y compris les téléphones mobiles, les tablettes et les ordinateurs portables. Vous pouvez également définir des stratégies spécifiques pour contrôler les applications. Par exemple, vous pouvez empêcher l’envoi d’e-mails à des personnes extérieures à votre organisation.

Microsoft Doc

Le schéma ci-dessous montre le large potentiel d’Intune sur le contrôle des périphériques, en situation de mobilité ou non.

L’étendue de ces contrôles est variable en fonction du périphérique lui-même :

  • Périphérique d’entreprise : contrôle total sur l’appareil, notamment les paramètres, les fonctionnalités et la sécurité. Par exemple, vous pouvez définir les critères de mot de passe et de code confidentiel, créer une connexion VPN, configurer la protection contre les menaces, …
  • Périphérique personnel : appelé aussi byOD (Bring-your-own Device), Le contrôle n’est pas total. Par exemple, les utilisateurs inscrivent leurs appareils uniquement s’ils veulent un accès aux ressources de votre organisation. Vous pouvez également utiliser les stratégies de protection des applications qui requièrent l’authentification multifacteur (MFA) pour utiliser ces derniers. Par exemple, si les utilisateurs souhaitent accéder à la messagerie ou Microsoft Teams.

Microsoft Intune est déjà inclus dans un grand nombre de licence Microsoft 365 (voir liste ci-dessous), mais est également disponible en licence seule pour un utilisateur ou un périphérique :

  • Microsoft 365 E5
  • Microsoft 365 E3
  • Enterprise Mobility + Security E5
  • Enterprise Mobility + Security E3
  • Microsoft 365 Business Premium
  • Microsoft 365 F1
  • Microsoft 365 F3
  • Microsoft 365 Gouvernement G5
  • Microsoft 365 Gouvernement G3
  • Intune for Education
  • Microsoft 365 Education A5
  • Microsoft 365 Education A3

Rien de mieux qu’une vidéo pour faire un tour d’horizon de l’outil :

Defender for Endpoint (Microsoft 365 Defender)

Qu’est-ce que Defender for Endpoint ?

Microsoft Defender for Endpoint est une plate-forme de sécurité conçue pour aider les réseaux d’entreprise à prévenir, détecter, examiner et répondre aux menaces avancées.

Microsoft Doc

Pour faire simple, l’intégration de périphériques dans le portail de sécurité Microsoft Security apporte à votre équipe une vision complète des alertes et des incidents de sécurité sur tout le parc IT. Cela est une bonne approche pour gagner du temps et comprendre et déjouer les attaques chaînées :

Côté licence, Defender for Endpoint est maintenant disponible sous deux plans :

Rappel des chapitres de l’article

Etape II : La sécurité de vos identités
Etape III : La sécurité de vos périphériques
Etape IV : La sécurité de votre Azure
Etape V : La sécurité de vos réseaux
Etape VI : La sécurité de vos applications
Etape VII : La sécurité de vos données
Etape VIII : Certifications de Sécurité Microsoft

Optimisez votre Azure : 1/4 – Les Coûts

Me revoilà après plusieurs semaines d’absence. Pour vous expliquer simplement, la New Commerce Expérience (NCE) de Microsoft, aussi détaillée dans mon blog sur cet article, nous a beaucoup sollicité chez Tech Data. De plus, j’ai eu la bonne idée de me casser des doigts, ce qui ne m’a pas empêché de travailler, mais m’a demandé quelques efforts pour le clavier. Tout ça pour vous dire que ceux ne sont que des petits soucis 😎.

Je suis donc très content de commencer l’écriture d’une nouvelle série d’articles, dédiée l’optimisation de votre environnement Cloud. A travers ces derniers, je souhaite vous parler d’optimisations d’architectures Azure déjà en production sur 4 axes :

  • Coûts : Analyse pure et simple des coûts Azure pour comprendre la répartition des sommes dépensées.
  • Sécurité : Sans rentrer dans les détails maintenant, la sécurité reste toujours un axe d’amélioration constant.
  • SLAs : Mis de côté par moment, cet indice doit être pris en compte lors de l’établissement de services auprès des clients finaux ou lors d’appels d’offre.
  • Performances : Travailler avec les outils de monitoring Azure pour traquer les ressources Azure sous-utilisées, et donc inutilement coûteuses. Mais aussi de manière inverse, mettre en lumière le manque de performances pouvant justifier un changement d’approche.

Je me doute qu’il existe encore d’autres axes, manières ou approches pour retravailler une architecture Cloud. Gardez toujours en tête que toutes les solutions Cloud sont des produits en évolutions constantes 😊.

Axe 1 : Les coûts

J’ai choisi cet axe dans mon premier article car c’est pour moi une demande récurrente dans beaucoup de projets Cloud sur lesquels je travaille :

Comment faire la même chose pour moins cher ?

Cette question n’a rien d’idiote ou de contre-productive. Gardez toujours l’esprit ouvert sur l’arrivée de nouveaux services Azure, ou sur la création par Microsoft de nouvelles offres aux grilles tarifaires encore plus attrayantes.

Pour rester dans le concret, mon approche repose simplement sur plusieurs questions :

  • Le projet Azure dispose-t-il d’une estimation de tarif pouvant servir de référence ?
  • Le projet Azure a-t-il fait l’objet d’une phase de preuve de concept (POC) ?
  • Ai-je créé les bonnes ressources pour les bons besoins ?
  • L’analyse des coûts est-elle faite de manière périodique ?
  • Ai-je consulté récemment Azure Advisor ?
  • Les ressources Azure en place ont-elles été optimisées contractuellement ?

Le projet Azure dispose-t-il d’une estimation de tarif pouvant servir de référence ?

Pas de mystère, une maison se construit avec un plan et un budget des matériaux nécessaires à sa construction. Microsoft propose l’outil de calcul, Azure Pricing Calculator, pour établir au plus près les coûts d’une infrastructure Azure. Gardons en tête qu’il ne s’agit que d’une estimation de tarif, basée sur les données entrées par l’utilisateur.

Pour rappel, cet outil vous permet de calculer le coûts via la mise à disposition d’un catalogue proposant un grand nombre de ressources Azure, elles-mêmes paramétrables.

Tous les projets sur Azure devraient passer par cette étape. L’idée n’est pas de viser la perfection tarifaire ou encore d’afficher le tarif le plus attractif possible, mais bien d’en faire sortir un ou plusieurs scénarios pour ensuite les comparer à d’autres méthodes d’architecture.

Dans le cas d’une analyse de coûts sur une architecture Azure déjà en place, je trouve pertinent de comparer l’offre initiale faite sur Azure Pricing Calculator avec la réalité de consommation de la souscription Azure.

Le projet Azure a-t-il fait l’objet d’une phase de preuve de concept (POC) ?

Après l’estimation des coûts et avant la mise en production, une phase de preuve de concept vous permet aussi d’aborder l’aspect financier. Le POC est principalement vu comme une étape de validation de faisabilité technique. Mais elle apporte aussi des indices de viabilité économique de l’architecture.

A ce titre, Microsoft recommande vivement cette étape pour l’estimation de certains coûts variables (bande passante sortante, transactions de stockage, volume de stockage ( sauvegardes ou journaux et métriques, …)). Cette étape est donc une composante dans le processus de calibrage financier.

Doit-on forcément dépenser de l’argent pour un POC Azure ?

Pas nécessairement. Microsoft propose plusieurs offres : des crédits Azure ou encore des conseils d’ingénieurs Microsoft Cloud. De nombreux programmes Azure propose une intégration de nouveaux projets Cloud sous différentes formes. Voici quelques exemples :

Microsoft for Startups : conçu pour vous aider à vous développer à votre propre rythme, vous pouvez débloquer jusqu’à 150 000 $ de crédits et du temps supplémentaire pour construire au fur et à mesure de la croissance de votre entreprise.

FastTrack for Azure : programme d’assistance technique qui aide à concevoir et à déployer rapidement et efficacement des solutions cloud. Il comprend des conseils personnalisés d’ingénieurs Azure pour fournir des pratiques éprouvées et des conseils en matière d’architecture.

Je pense aussi au statut partenaire, gold ou silver chez Microsoft. Ce dernier propose lui aussi de disposer de conseils d’ingénieurs avant-ventes pour choisir les bonnes ressources.

A-t-on créé les bonnes ressources pour les bons besoins ?

Cette question est déjà présente durant la phase de POC, mais elle doit être périodiquement reposée pendant toutes les phases de vie de l’architecture :

  • Une ressource créée temporairement est-elle bien systématiquement détruite ?
  • Les opérations de tests sont bien cataloguées comme telles et retirées des services Azure après coup ?
  • La région Azure utilisée est-elle en adéquation avec le projet et aux plus proches des utilisateurs finaux ?

Beaucoup de questions du même genre existent. La solution simple à ces questions est et reste la pratique de l’inventaire périodique des ressources Azure. Au risque d’en décevoir certains, je recommande simplement de dérouler la liste depuis le portail Azure afin de toutes les passer en revue.

Afin rendre cet exercice le plus rapide et efficace possible, le maintien à jour d’une cartographie facilite grandement l’analyse :

L’analyse des coûts est-elle faite de manière périodique ?

Comme l’inventaire des ressources Azure, son intérêt repose également sur sa récurrence. Mettre des alertes de coûts Azure est une bonne chose, mais elles ne sont déclenchées qu’après coup et ont toujours un risque d’être ignorées. Microsoft propose là encore un outil gratuit, intégré et très facile d’utilisation : Azure Cost Management.

Gardez en tête que les consommations réalisées sont affichées avec 24 heures de décalage. Malgré cela, l’outil propose des affichages réalisant des synthèses et des vues granulaires pour comprendre tous les coûts.

L’analyse des mois affiche la linéarité ou non des dépenses.
Comme dans mon exemple, l’utilisation des étiquettes est fort pratique dans cet outil.

Envie d’en savoir plus sur ses fonctionnalités ?

Merci Adam 😎.
Rapport hebdomadaire de la consommation Azure reçu par mail.

Ai-je consulté récemment Azure Advisor ?

Voici une définition précise du service :

Azure Advisor est un conseiller personnalisé basé dans le cloud qui décrit les meilleures pratiques à suivre pour optimiser vos déploiements Azure. Il analyse votre télémétrie de configuration et d’utilisation des ressources, puis recommande des solutions qui peuvent vous aider à améliorer la rentabilité, les performances, la fiabilité (anciennement appelée haute disponibilité) et la sécurité de vos ressources Azure.

Microsoft Doc

Azure Advisor est le principal outil disponible sur Azure qui regroupe les axes cités au début de cet article. Pas besoin de connaissances précises pour commencer l’optimisation via cet outil car il analyse l’architecture pour vous !

Un clic dans la partie Coût vous affiche des recommandations actualisées régulièrement :

La seconde ligne de ce tableau nous montre une analyse télémétrique de l’utilisation CPU de la machine virtuelle. Autrement dit, Microsoft lui-même vous conseiller de prendre une taille de machine virtuelle plus petite et donc moins chère vous.

Pourquoi demander à un client de prendre un produit financièrement moins intéressant ?

Pour garantir des revenus stables et sur une plus longue période. Cet outil est disponible dans le menu de gauche des raccourcis Azure et doit être, comme le Cost Management, visité régulièrement.

Les ressources Azure en place ont-elles été optimisées contractuellement ?

Quel est le fond de ma pensée derrière cette phrase ?

Je veux bien sûr parler d’engagement. Saviez-vous qu’il vous est possible de vous engager pour des ressources Azure sur plusieurs années ? Le cloud est souvent perçu comme une dépense IT à la demande (Capex vs Opex) :

Mais Azure propose aussi des formules beaucoup plus avantageuses si l’on envisage la durée de son besoin sur une période plus longue.

Le tableau ci-dessus affiche des instances réservées pour des machines virtuelles. Comment fonctionne une instance réservée ? Il faut simplement voir celle-ci comme une place de parking, louée pour un ou trois ans chez Microsoft :

Comme le montre ce schéma, la taille de l’instance réservée doit être en relation avec la taille de la ressources Azure.

Cet engagement n’est pas uniquement disponible que pour les machines virtuelles. Microsoft propose cette formule pour beaucoup d’autres services Azure. Le rabais de réservation s’applique automatiquement à l’utilisation des ressources qui correspondent aux instances réservées.

L’engagement n’est pas uniquement présent pour les ressources Azure. Par exemple, les licences Microsoft sont aussi optimisables sur Azure. Je pense avant tout à Windows Server ou encore à SQL Server.

Qu’est-ce qu’Azure Hybrid Benefit ?

Azure Hybrid Benefit est un avantage en matière de licences qui vous permet de réduire considérablement les coûts d’exécution de vos charges de travail dans le cloud. Son fonctionnement consiste à vous autoriser à utiliser vos licences Windows Server et SQL Server compatibles sur Azure.

Il est donc possible d’acheter des licences en souscriptions annuelles ou pluriannuelles. Les économies représentent des sommes non négligeables.

Conclusion

Je suis content de vous parler de l’aspect financier des architectures Azure. Cela représente une partie non négligeable de mon travail au quotidien.

Comme je l’ai expliqué dans cet article, l’aspect Coût est systématiquement abordé durant toutes les phases d’un projet IT. Et il n’est pas rare de changer de stratégie en fonction de l’évolution de ce dernier.

Dans mon prochain article de la série Optimisez votre Azure, nous nous intéressons plus aux basiques de la sécurité 😋.